Débuter avec un Raspberry Pi

Grâce à un collègue d’Airbus, j’ai décidé de me lancer dans la bidouille de Raspberry Pi, une petite carte électronique qui se transforme facilement en un mini ordinateur. Ce gadget est très populaire actuellement, du fait de son petit prix (30 ou 35 €), et de ses possibilités « infinies » dixit les experts qu’on trouve sur les forums. Je vais vous détailler ma première utilisation de la chose en quelques lignes (d’autres utilisations viendront plus tard !)

C’est quoi un Raspberry Pi ? (wikipedia powered)

Le Raspberry Pi est un nano-ordinateur monocarte à processeur ARM conçu par le créateur de jeux vidéo David Braben, dans le cadre desafondationRaspberry Pi.

 

Cet ordinateur, qui a la taille d’une carte de crédit, permet l’exécution de plusieurs variantes du système d’exploitation libreGNU/Linux et des logiciels compatibles. Il est fourni nu (carte mère seule, sans boîtier, alimentation, clavier, souris ni écran) dans l’objectif de diminuer les coûts et de permettre l’utilisation de matériel de récupération.
Cet ordinateur est destiné à encourager l’apprentissage de la programmation informatique. Il est cependant suffisamment ouvert (2 ports USB et un 1 RJ45) et puissant (ARM 700 MHz, 256 Mo de mémoire vive pour le modèle d’origine, 512 Mo sur les dernières versions) pour permettre une grande palette d’utilisations. Son circuit graphique BMC Videocore 4 en particulier permet de décoder des flux Blu-Ray full HD (1080p 30 images par seconde), d’émuler d’anciennes consoles et d’exécuter des jeux vidéo relativement récents.

Le setup

Avant de commencer voici le « pack » que tout possesseur de Raspberry Pi a dans son sac. C’est le kit de démarrage classique :
– le Raspberry Pi (modèle B est plus récent, 512 Mo de ram)
– Une boite pour le protéger (et oui, il est vendu « à poil »)
– un chargeur Micro USB pour l’alimenter (prenez un truc qui a la patate… attention ya de grosses merdes sur Amazon).
– un dongle WiFi N,
– une carte mémoire SDHC Classe 10, histoire que ça aille vite.

Etant donné le prix des cartes SD vous pouvez mettre quelques € de plus pour une « grosse » afin de pouvoir y mettre dessus quelques fichiers si besoin : 32 Go Carte mémoire SDHC Classe 10


Si vous comptez vous lancer, je vous conseille de faire attention à la qualité de certains éléments car visiblement tout ne se vaut pas…
Avec une boite, votre Raspberry Pi ressemble à ceci :

Éventuellement si vous n’avez pas de lecteur de carte SD, il vous en faut un…

Et ça sert à quoi, chez moi ?

J’ai acheté ce RPi (Raspberry Pi) pour tester différentes choses dans le domaine de l’audio & la musique. Séduit par le matériel Sonos, qui propose un système multiroom (enceintes connectées qu’on peut placer dans différentes pièces et commander de façon centralisée), j’ai voulu me créer un système équivalent ou presque, mais pour une somme bien moins élevée.

L’utilisation que j’en ai actuellement est la suivante :
– Le RPi (Raspberry Pi) fait tourner une distribution appelée Volumio, dédiée à la musique…
– Sur le RPi, j’ai branché une paire d’enceintes USB (donc alimentées par le RPi, pas d’alimentation supplémentaire).
– le RPi est connecté en wifi dans ma maison, via un dongle wifi. Sur ce même réseau wifi, j’ai mon disque dur réseau (NAS) qui est branché et qui est rempli de bonnes musiques.

Depuis mon ordinateur, tablette ou smartphone, j’accède à un menu qui me permet de piloter la musique émise par le RPi (c’est la musique stockée sur mon disque réseau). En gros je commande tout, depuis n’importe quoi… L’idée ensuite c’est d’avoir un RPi dans chaque pièce, branché sur une petite enceinte, et d’avoir un domicile complètement sonorisé !

Les fonctionnalités

L’ensemble est situé actuellement dans ma salle de bain, et me permet les choses suivantes :
– écouter toutes les radios que je souhaite (webradios) ! sympa de pouvoir écouter les émissions qu’on veut, se doucher en musique etc…
– jouer l’ensemble de ma musique stockée sur mon NAS, y compris les musiques « HD » en FLAC…
– piloter tout cela depuis ma tablette, mon smartphone, mon ChromeBook, mon hackintosh, enfin bref depuis l’ensemble de mes appareils connectés qui comportent un navigateur web !

Ce qui ne marche pas (encore?) et qui manque un peu par rapport au système Sonos :
– compatibilité Google Musique, Spotify
– réception DLNA / UPnP

Installer la distribution Volumio

L’installation de Volumio n’est pas très compliquée :
– il faut dans un premier temps télécharger Volumio pour Raspberry Pi
– flasher cette image sur la carte SD (via une app windows ou une app mac)
– il faut ensuite insérer cette carte SD dans le RPi, brancher le RPI à internet via un cable ethernet et mettre sous tension tout ça (en branchant le chargeur micro usb).
– au bout d’un petit moment (3-4 minutes max), on peut consulter http://volumio.local/ et accéder à l’interface de volumio depuis son navigateur web.

– il est ensuite nécessaire de consulter le menu en haut à droite afin de configurer son accès internet wifi, configurer les espaces disques (réseau ou locaux) où Volumio va aller chercher la musique. Personnellement j’ai ajouter tous les répertoires partagés de mon NAS où il y a de la musique ! Top!
– Eventuellement, il est possible d’ajouter des stations de radios web !

Et… c’est fini, ça marche !

Je trouve que l’interface, même si elle est simple, est très fonctionnelle et très rapide. On a accès à toutes les options rapidement, et tout cela sans écrire la moindre ligne de code !

Dans un deuxième temps, vous verrez dans votre réseau que le Rasberry Pi est accessible, et vous pourrez uploader des fichiers directement sur la carte SD depuis votre ordinateur !

Et en bonus…

Une application android permet de prendre la main (mieux que via le navigateur) sur Volumio : MPDroid. Elle est plutôt bien réalisée même si elle n’est pas parfaite, et permet d’accéder à tout le contenu de Volumio : musique stockée sur le RPi, stockée en réseau, les web radios, etc…

Et après?

Il existe une multitude d’autres distribution pour le RPi. J’ai pu tester « Pi MusicBox » qui semble être aussi une très bonne alternative à Volumio, et qui gère Spotify, Google Music ainsi que le DLNA/UPnP !
J’ai aussi testé un système proche des Squeezebox de logitech, basé sur un serveur Squeezebox sur mon NAS, un petit soft appelé PiCorePlayer sur le RPI et ma tablette pour la gestion des écoutes et du multiroom.
%d blogueurs aiment cette page :