BLABLA HIGH-TECH http://www.blablahightech.fr Posez vous ici, et prenez un café ! Sun, 26 Feb 2017 18:46:53 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7.2 77704518 Fossil Q Marshal : la plus belle des montres Android Wear ? http://www.blablahightech.fr/2017/02/fossil-q-marshal-la-plus-belle-des-montres-android-wear/ http://www.blablahightech.fr/2017/02/fossil-q-marshal-la-plus-belle-des-montres-android-wear/#respond Sun, 26 Feb 2017 17:32:15 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14804 L’univers Android Wear est en cours de changement : l’arrivée de la version 2.0 devrait relancer un peu le marché. Mais en attendant l’arrivée de l’OS 2.0, j’ai pu acheter...

Cet article Fossil Q Marshal : la plus belle des montres Android Wear ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
L’univers Android Wear est en cours de changement : l’arrivée de la version 2.0 devrait relancer un peu le marché. Mais en attendant l’arrivée de l’OS 2.0, j’ai pu acheter une Fossil Q Marshal, le modèle haut de gamme de Fossil, qui passera sous Android Wear 2.0 en Mars. Voici mon avis (court) sur cette montre !

La montre est surement une des plus belles, je trouve, au niveau du boitier et du bracelet. Elle arrive dans une petite boite bien jolie, et dès la première prise en main, on sent la qualité des matériaux utilisés. C’est propre, c’est lourd, c’est solide. Cependant dès le premier allumage de la montre, on voit aussi un petit inconvénient : l’écran proposé n’est pas au niveau des écrans OLED qu’on peut trouver dans les montres concurrentes. Tout d’abord, la technologie utilisée est du LCD ( aux angles de vue assez limités) mais aussi on a une zone noire présente sur la partie basse de l’écran (on choisira dont des affichages noir pour minimiser l’effet).

Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal

La Fossil Q Marshall est relativement classique au niveau des fonctions proposées. Attention, pas de capteur de rythme cardiaque, donc les sportifs de l’extrême devront se tourner vers autre chose. La recharge par induction (un peu comme l’apple watch) fonctionne bien mais elle est très lente chez moi. Genre plusieurs heures pour recharger complètement la montre.

J’en parlais en intro mais Fossil a vraiment mis beaucoup d’énergie à développer un boitier et un bracelet au top. Même l’écran est très bien intégré et le doigt glisse vraiment bien sans accrocher sur les bordures. J’adore l’avoir au poignet, et la manipuler.

Fossil Q Marshal

Niveau watchfaces (les affichages…), Fossil a fait du très bon boulot. Un grand nombre est disponible, plutot jolies pour la plupart et sont quasiment toutes customisables (fond, couleurs des aiguilles, afficheurs du nombre de pas etc…). C’est clairement les meilleurs watchfaces que j’ai pu voir jusqu’à ce jour sur toutes mes montres (LG, Asus..). Vous trouverez forcément une watchfaces adaptée à votre tenue vestimentaire du jour !

Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal Fossil Q Marshal

Niveau performance et autonomie c’est moyen : autant la montre ne montre aucun lag ni ralentissement, autant elle peut être un peu limite au niveau de l’autonomie. Avec ma LG Urbane (un monstre d’autonomie), je peux tenir presque 2 jours, autant avec la Fossil Q Marshal, je peux être limite vers 23h : si vous souhaitez sortir et rentrer tard dans la nuit, pensez donc à charger un coup dans la journée !!!

A noter : elle existe en différentes couleurs et bracelets !

Fossil Q Marshal

Mon bilan sur la Fossil Q Marshal

Au final, j’aime quand même cette montre (mais pas trop) : son autonomie faible et son écran sont pour moi vraiment pas terribles et font qu’elle sera surement rattrapée par la concurrence. Par contre, son boitier, ses watchfaces et la qualité de finition globale font que cette Fossil est quand même une très bonne option pour les plus geeks d’entre nous. J’aime vraiment beaucoup son look !! Et le fait qu’elle sera une des premières à passer sous Android Wear 2.0 devrait aussi plaire…

Fossil Q Marshal

Petites remarques bonus : le bracelet est un 22mm et standard. L’affichage de la météo ne fonctionne pas chez moi (j’ai toujours 0° affichés). Je me suis fait un petit support pour charger la montre en 3D print ; je vous donnerai les fichiers très rapidement ici, si vous voulez vous l’imprimer vous même !

Bref, le test de cette Fossil Q Marshal était cours mais je vous encourage cette fois ci à poser vos questions dans les commentaires afin d’enrichir un petit peu mon feedback !

Cet article Fossil Q Marshal : la plus belle des montres Android Wear ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/02/fossil-q-marshal-la-plus-belle-des-montres-android-wear/feed/ 0 14804
MyChromebook.fr : le top des news & tutos Chromebook http://www.blablahightech.fr/2017/02/mychromebook-fr-le-top-des-news-tutos-chromebook/ http://www.blablahightech.fr/2017/02/mychromebook-fr-le-top-des-news-tutos-chromebook/#respond Fri, 10 Feb 2017 16:30:10 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14781 Vous êtes nombreux à visiter chaque semaine mon site web, et plus particulièrement les articles & dossiers que j’ai pu faire sur les Chromebooks. Et, si vous voulez devenir expert...

Cet article MyChromebook.fr : le top des news & tutos Chromebook est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Vous êtes nombreux à visiter chaque semaine mon site web, et plus particulièrement les articles & dossiers que j’ai pu faire sur les Chromebooks. Et, si vous voulez devenir expert de ce système et découvrir plein d’astuces vraiment utiles, je vous encourage à aller à un seul endroit : mychromebook.fr

Ce article rapide n’est évidemment ni sponsorisé, ni rédigé en échange de quoi que ce soit, c’est juste que je tiens à souligner le travail de Nicolas, l’auteur de ce site web. Son site revendique « actualités, tutoriels, trucs & astuces » et si vous aller jeter un coup d’œil sur la page de garde vous pourrez voir l’étendu du contenu proposé.

mychromebook.fr

Mon site n’étant pas dédié à 100% aux Chromebooks, et je sais que vous êtes nombreux à vouloir en faire plus avec vos machines récemment achetée, je vous encourage donc à vous abonner à mychromebook.fr , je n’ai actuellement pas trouvé mieux sur la scène francophone (et même ailleurs). C’est clair, bien écrit, parfois on a même des petites vidéos et des tutos pas à pas. C’est une mine d’or pour trouver toutes les infos que vous cherchez, ou tout simplement découvrir des petites astuces inconnues de tous.

Bref, c’est un travail de pro, Nicolas édite aussi un podcast et vous pouvez même me rejoindre sur tipee.com pour sponsoriser son travail pour le prix d’un café par mois (ou plus) !!!

Cet article MyChromebook.fr : le top des news & tutos Chromebook est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/02/mychromebook-fr-le-top-des-news-tutos-chromebook/feed/ 0 14781
Bose QC35 : LE casque du voyageur http://www.blablahightech.fr/2017/02/bose-qc35-le-casque-du-voyageur/ http://www.blablahightech.fr/2017/02/bose-qc35-le-casque-du-voyageur/#comments Tue, 07 Feb 2017 21:05:49 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14650 Bose est la référence actuelle pour les casques « voyageurs » et viennent de sortir un nouveau casque bluetooth : il s’agit du Bose QC35, premier casque de la marque à combiner...

Cet article Bose QC35 : LE casque du voyageur est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Bose est la référence actuelle pour les casques « voyageurs » et viennent de sortir un nouveau casque bluetooth : il s’agit du Bose QC35, premier casque de la marque à combiner sans fil & réduction active de bruit. Voici mon avis sur ce produit !

J’ai pu lire un peu partout sur les réseaux sociaux que ce casque était une vraie tuerie, et surement le meilleur casque bluetooth du moment. Est ce qu’il vaut ces compliments ?  Je vais essayer de vous donner mon avis un peu plus bas…

Présentation du casque Bose QC35

Le Bose QC35 est le casque haut de gamme de la marque Allemande, et propose la particularité de regrouper pour la première fois le sans fil & la réduction active de bruit. En clair, c’est un casque bluetooth (mais marche aussi en filaire) qui « annule » les bruits ambiants ; cela marche via un principe assez connu maintenant d’onde « opposée » ou inverse et qui annulera facilement les bruits réguliers (avion, train, métro, ventilateur…) et vous permettra de rester dans votre bulle.

Le casque se présente dans un carton plutôt compact, je m’attendais à quelque chose de plus gros et encombrant. Premier contact plutot bon, donc. On découvre un packaging sombre, un peu à l’image du produit au final. J’ai choisi de vous présenter le modèle « argent » qui me semble moins commun que le modèle noir, qu’on commence à voir un peu partout.

Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35

Bose propose comme d’habitude un packaging sans faute, le casque est livré avec une panoplie d’accessoires tout à fait complète. Une housse de protection fine mais rigide est fournie le packaging est bien conçu de tel sorte qu’on découvre très rapidement comment fonctionne le casque.

J’ai bien aimé cette housse très compacte, qui permet de ranger le casque bien évidemment, mais aussi qui comporte différentes poches et emplacements pour le cable jack, le cable de recharge (microUSB) et aussi le fameux adaptateur de voyage qui permet de se brancher aux systèmes audio dans les avions. La housse est bien conçu et fait très solide à l’utilisation.

Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35

Le casque Bose QC35 se replie facilement à l’intérieur et je n’ai eu aucune difficultés à utiliser cette protection pendant mon test.

Continuons maintenant avec le casque en lui même : il est en plastique, relativement fragile à premier abord, mais cela lui permet donc d’être extrêmement léger. Son look est assez « passe partout » même si je trouve justement que Bose propose surement un casque assez terne en terme de look et d’image. C’est vraiment le casque qui permet de ne pas se faire remarquer justement.

Sur une oreille, on trouve 1 bouton On/Off qui servira aussi à l’appairage du bluetooth. Sur cette même oreille on remarque différents microphones, mais aussi la connectique microUSB qui permettra la charge du casque. Sur cette même oreille on aura un petit panneau de commande, comportant 3 boutons : Play/Pause/Avancer/Reculer, et les 2 boutons de volume. Le petit logo NFC nous indique aussi où installer son smartphone pour un appairage rapide.

Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35 Bose QC35

L’arceau est super confortable, doublé en cuir de daim (ou quelque chose qui y ressemble fortement) pour un contact avec le dessus de la tête doux (Bose pense à ceux qui n’ont pas beaucoup de cheveux !!!). Les oreilles sont elles munies d’un cuir plutôt fin, très confortable lui aussi. Pour terminer sur l’arceau, le réglage se fait sans difficulté, à 1 seule main, et les charnières me semblent un peu légères par rapport à ce que j’ai pu voir chez la concurrence.

La taille globale du casque est raisonnable, et il est franchement très agréable à transporter partout avec soi. Son poids est lui aussi plutôt bon, et permettra donc une écoute longue sans sensation de lourdeur ; concernant ma tête, le casque ne me sert pas énormément (si je tourne la tête rapidement, il bouge… beaucoup) et je pense que j’aurai aimé une pression légèrement plus importante (mais il est difficile de s’adapter à toutes les têtes…).

Face à mes autres casques du moment, le Bose QC35 n’est donc pas le plus petit, ni le plus gros. Un bon compromis niveau taille et poids.

La qualité sonore du Bose QC35

J’ai pu utiliser ce casque pendant quelques semaines, sur différents profils de voyages, et d’utilisations. J’ai pu aussi le comparer avec mes autres casques mais aussi d’autres casques concurrents (haut de gamme bluetooth à réduction active de bruit) et j’espère donc vous donner un avis plutôt consolidé.

Tout d’abord, sachez que son isolation passive (lorsque le casque est arrêté) est plutôt bonne, le casque isole bien du bruit extérieur. Ensuite, j’ai commencé l’écoute avec de gros tubes du moment, des son qui tapent bien sur les basses et avec pas mal de vocals. J’ai tout de suite pris une claque sur ces basses justement. Elles sont puissantes, lourdes, et surement très (trop) déformées pour les puristes. Elles sont très très enveloppantes sans saturer mais pour quelqu’un habitué à un son assez neutre, cela surprendra, et pas forcément dans le bon sens.

Par contre sur des morceaux plus acoustiques, moins « boom boom » le Bose QC35 aura un comportement un peu plus doux et neutre, même si cette fois ci certaines fréquences dans les aigus pourront ressortir un peu plus que j’ai l’habitude.

Globalement le niveau de détails qu’on entend est tout à fait bon,  on distingue bien les différentes voix et instruments et la qualité sonore est très bonne. Cependant, et c’est la où certains ne vont pas m’aimer, je n’ai pas trouvé la qualité sonore « exceptionnelle » comme j’ai pu le lire sur les réseaux sociaux. Face à un Beats Studio, un JBL Elite ou même un Plantronics Backbeat Pro 2, le son du QC35 n’est pas meilleur, et parfois même légèrement en retrait au niveau de la scène et de l’espace sonore qui nous entoure. Bref, un peu déçu par ce manque de définition face à une concurrence toujours plus féroce.

Petit détail qui a son importance : le QC35 n’est PAS bluetooth AptX, ce qui veut dire qu’il ne peut pas restituer un son en bluetooth d’excellente qualité.

Les fonctions additionnelles

La où le Bose QC35 se distingue aussi c’est par sa simplicité d’utilisation et fonctions additionnelles. Au chapitre des excellentes surprises, nous pouvons citer tout d’abord la réduction active de bruit, qui fonctionne vraiment très très bien. Le casque propose une réduction des bruits « réguliers » environnants : c’est à dire que lorsque vous prenez l’avion, le train, le bus, le tram, etc…. le casque filtrera tous les bruits de fonds liés à ces transports. Lorsqu’on met le casque sur la tête, on est comme dans une bulle, un espace très confortable. Cette réduction active de bruit est d’ailleurs largement supérieure à tout ce que j’ai pu tester chez Beats, JBL et Plantronics !!

Le soucis avec ce casque c’est que les fonctions additionnelles, yen a pas d’autres…. Voici ce que j’ai regretté :

  • on ne peut pas éteindre la réduction active de bruit : par exemple quand j’étais à l’aéroport, que je souhaitais écouter ma musique favorite j’ai raté l’annonce d’embarquement de mon avion (sans conséquence hein…), et j’ai aussi raté des annonces faites dans l’avion. Dommage. Le seul moyen de ne pas avoir la réduction active est d’utiliser le câble jack fourni avec le casque, un comble !
  • pas de mise en pause automatique comme sur les casques de Plantronics ou de Parrot, c’est dommage aussi, car c’est diablement efficace (et d’un confort qu’on ne peut plus s’en passer ensuite)
  • pas de mode « écoute du monde extérieur » comme sur JBL et Plantronics : on ne peut pas utiliser les microphones du Bose QC35 pour justement amplifier les sons extérieurs (quand quelqu’un fait une annonce au micro, quand on veut pouvoir parler à quelqu’un sans enlever le casque…)

Il y a bien une application Android & iOS qui accompagne le casque, permet de régler certains paramètres (et chose intéressante permet d’écouter à 2 casques QC35 le même son), régler la voix de synthèse qui fait les annonces d’appairage etc… c’est bien utile, pratique, mais un peu léger pour un casque de ce prix la (et qui se revendique le meilleur de sa catégorie).

Conclusions

Alors ma conclusion sera contrastée : j’ai adoré ce Bose QC35 pour toutes les sorties que j’ai pu faire hors de chez moi en transport en commun. Il est confortable, il peut se porter pendant des heures sans perdre de batterie, sans chauffer les oreilles ni faire mal au dessus de la tête, le son est bon et sa réduction active de bruit est tout bonnement exceptionnelle. Et pour finir les accessoires fournis sont très bien conçu.

Face à cela, on a un son qui est en retrait par rapport aux autres casques concurrents, avec des fonctionnalités limitées au strict minimum. Un peu dommage quand on sait que ce casque est plutôt dans la fourchette haute des casques bluetooth en terme de prix. J’attendais mieux, même si j’ai pris beaucoup de plaisir à l’utiliser et à le porter.

Je conseillerai donc ce casque à tous les grands voyageurs, qui passent des centaines d’heures dans les transports en commun chaque année. Pour eux ce casque sera du bonheur pour les oreilles, sans problème. Par contre, pour les autres, ceux qui font attention à la qualité sonore, pas forcément habitués au son « Bose » très déformé, je pense que d’autres solutions moins onéreuses et de meilleure qualité sonore vous attendent chez d’autres marques.

Cet article Bose QC35 : LE casque du voyageur est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/02/bose-qc35-le-casque-du-voyageur/feed/ 1 14650
Clé USB Lexar Jumpdrive C20c: USB A & USB C ! http://www.blablahightech.fr/2017/02/cle-usb-lexar-jumpdrive-c20c-usb-a-usb-c/ http://www.blablahightech.fr/2017/02/cle-usb-lexar-jumpdrive-c20c-usb-a-usb-c/#comments Wed, 01 Feb 2017 17:52:42 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14629 Un petit objet bien pratique en cette période de transition vers l’USB C : il s’agit de la clé USB Lexar Jumpdrive C20c 64Go, qui comporte 2 extrémités : l’une...

Cet article Clé USB Lexar Jumpdrive C20c: USB A & USB C ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Un petit objet bien pratique en cette période de transition vers l’USB C : il s’agit de la clé USB Lexar Jumpdrive C20c 64Go, qui comporte 2 extrémités : l’une en USB type A, et l’autre en USB type C !

C’est une idée plutôt intelligente je trouve que de combiner 2 standards en 1 seule clé, le temps que tout le monde se mette réellement à l’USB C. Ça permet de ne pas trop m’inquiéter quand j’ai cette clé dans la poche, je sais que je pourrai toujours la brancher sur tous mes appareils : en USB C sur mon Nextbin Robin, sur mon Macbook… et en USB A sur tout le reste !!

La clé USB Lexar Jumpdrive C20c se compose de 2 embouts métalliques, solides, et d’un petit câble les reliant. Je pense que tout le stockage d’ailleurs se situe du coté de l’USB A (mais on s’en fiche un peu). Petit détail intelligent de la part de Lexar : la petite attache rouge qui sert à garder les 2 embouts attachés, c’est plus sexy comme cela.

Au niveau des performances, presque rien à redire, Lexar annonce 150 MB/s et on en est pas loin avec 133 MB/s sur le Blackmagic Speed test. A noter que cette vitesse est « classique » pour une clé USB : rien de bien violent, on est pas sur du haut de gamme ultra rapide ici.

Pour accompagner cette petite clé USB toute mignonne, j’ai pu aussi tester ces périphériques Lexar : un adaptateur USB-C pour carte micro SD et…. une bonne petite carte SD ultra rapide pour filmer sans aucun souci de grosses scènes bien lourdes et exigeantes !

Rien à dire encore une fois, Lexar propose des périphérique de qualité avec ces produits, et ils ont pu clairement compléter mon kit de matériel high tech que j’ai toujours dans mon sac à dos. L’adaptateur est parfait pour mon Macbook Retina 2016 (qui n’a plus de port microSD…), et il me permet de décharger mes photos & vidéos répidement avant de lancer Final Cut Pro X. Il est au standard USB 3.1.

La carte microSD Lexar Professionnal 1000X est quand à elle ultra rapide (c’est la plus rapide que je possède) et gère parfaitement pour photographier et filmer avec un drone, GoPro Hero 5 ou un appareil photo. Les benchmarks montrent même qu’elle monte à 130 MB/s en lecture ! Elle est évidemment au standard U3, gage de compatibilité avec les produits les plus récents. Elle est fournie avec un adaptateur USB 3 évidemment !

Cet article Clé USB Lexar Jumpdrive C20c: USB A & USB C ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/02/cle-usb-lexar-jumpdrive-c20c-usb-a-usb-c/feed/ 1 14629
Masque de ski SunGod Revolt : mon avis (+code promo) http://www.blablahightech.fr/2017/01/masque-de-ski-sungod-revolt-mon-avis-code-promo/ http://www.blablahightech.fr/2017/01/masque-de-ski-sungod-revolt-mon-avis-code-promo/#respond Fri, 27 Jan 2017 17:45:44 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14631 Il y a déjà plus d’un an, je vous parlais d’un nouveau produit SunGod en précommande sur Kickstarter. Il s’agissait du masque de ski SunGod Revolt, qui prolonge l’expérience SunGod...

Cet article Masque de ski SunGod Revolt : mon avis (+code promo) est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Il y a déjà plus d’un an, je vous parlais d’un nouveau produit SunGod en précommande sur Kickstarter. Il s’agissait du masque de ski SunGod Revolt, qui prolonge l’expérience SunGod jusqu’aux pistes de ski. Je l’ai, et voici mon avis après quelques sessions…

J’ai déjà décris pas mal le masque dans mon premier article, mais pour faire simple et concis sachez que c’est un casque customisable (vous choisissez le type de verre, le cadre et le strap de maintien) et qui a un look qui déchire vraiment.

SunGod Revolt

Mon avis sur le masque de ski SunGod Revolt

J’ai personnellement choisi mon masque SunGod non pas pour faire des sorties ski & snowboard tous les weekends mais plutôt comme protection pour faire du longboard électrique. Je l’utilise comme protection solaire, protection contre le froid (ça caille en ce moment sur Toulouse), protection contre les projections en tout genre (insectes, feuilles) et ça marche aussi parfaitement pour me protéger contre la vitesse du vent (à 50km/h je peux vous dire que des lunettes sont indispensables…).

SunGod Revolt

J’ai aussi pu tester ce masque en plein été Toulousain (donc par 35°…) et j’ai pu valider l’excellente aération du masque pour résister à la transpiration lors des efforts physique.

SunGod Revolt SunGod Revolt SunGod Revolt SunGod Revolt SunGod Revolt SunGod Revolt SunGod Revolt

 

SunGod Revolt SunGod Revolt SunGod Revolt

Et bien voici ce que je pense de ce masque de ski SunGod Revolt:

  • C’est une tuerie sur le confort d’utilisation. Le masque est très bien conçu au niveau de la forme, des mousses (doubles densité + petite épaisseur en feutre synthétique) et de sa flexibilité. Le masque s’adapte très bien à ma morphologie de visage en se déformant juste comme il faut.
  • La qualité du verre est très bonne. J’ai pas eu de rayures ni de soucis alors que je ne fait pas super attention au niveau manipulation.
  • Le strap est vraiment top. S’adapte bien en dimension mais aussi bien anti-dérapant : sur mon casque il ne « glisse » pas et la lanière reste parfaitement en place.

SunGod Revolt

  • Niveau ventilation & anti buée, c’est aussi très bien puisque par temps froid (-5°) et par temps super chaud (35°) je n’ai eu aucune intrusion de buée et de souci de température au niveau du visage. Contrat rempli pour SunGod !
  • Et … la où ça tue vraiment, je trouve, c’est sur les possibilités de customisation : on choisi son look, pour être assorti avec son casque ou sa veste… Clairement le bonus qui m’a fait choisir SunGod et pas une autre marque ! Le look me plait énormément : le coté sans bordure si à la mode dans les smartphones, les télévisions et les écrans d’ordinateur, est ici très marqué. J’adore !!!

mais :

  • En point négatif, je n’ai pas grand chose à dire : sous certains angles de soleil (quand il arrive à 90° sur le coté) j’ai quelques reflets parasites dans la visière, mais vu la configuration sphérique de la chose, je pense que c’est assez difficile de ne pas en avoir.
  • Le prix d’une deuxième visière est un peu élevé je trouve, dommage, car ce produit est clairement au top avec 2 visières (l’une pour le soleil, l’autre pour le brouillard).
SunGod Revolt SunGod Revolt SunGod Revolt

 

Code Promo pour les lecteurs de Blablahigtech.fr

Pendant 48h et quelques, vous allez pouvoir commander ce masque (et d’autres produits SunGod) à un tarif préférentiel, car avec le code BBHT20 vous allez bénéficier de 20% de réduction à la commande. Attention, cela ne dure que 48h à partir du premier d’entre vous qui utilise ce code !

Je vous encourage à aller donc vous customiser votre masque SunGod en passant par ce lien, et à ne pas oublier le code BBHT20 lors de la commande !

Enjoy !!

SunGod Revolt

Cet article Masque de ski SunGod Revolt : mon avis (+code promo) est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/01/masque-de-ski-sungod-revolt-mon-avis-code-promo/feed/ 0 14631
Nextbit Robin : le test de ce smartphone pas comme les autres http://www.blablahightech.fr/2017/01/smartphone-nextbit-robin-test/ http://www.blablahightech.fr/2017/01/smartphone-nextbit-robin-test/#comments Tue, 17 Jan 2017 16:46:21 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14475 Aujourd’hui vous allez découvrir un smartphone un peu particulier : il s’agit du Nextbit Robin, un smartphone « cloud » qui propose quelques fonctionnalités intéressantes. Voici mon test ! Specs du Nextbit Robin...

Cet article Nextbit Robin : le test de ce smartphone pas comme les autres est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Aujourd’hui vous allez découvrir un smartphone un peu particulier : il s’agit du Nextbit Robin, un smartphone « cloud » qui propose quelques fonctionnalités intéressantes. Voici mon test !

Specs du Nextbit Robin

Le Nexbit Robin n’est pas récent : il est sorti en début 2016, suite à une campagne de crowfunding menée par une équipe d’anciens ingénieurs de chez Google & HTC. L’idée principale qui fut tentée avec le Robin était de créer un smartphone basé sur un service cloud : une fois que les 32 Go de stockage sont pleins, le Robin va automatiquement uploader sur un cloud spécifique à la marque les données les moins utilisées (photos, applications). En un clic, il est ensuite possible de faire « revenir » ces données sur le smartphone. Malin.

Nextbit Robin

Le Nextbit Robin est donc basé sur un hardware de 2015/2016 « haut de gamme »:

  • 4G LTE et nanoSIM
  • écran de 5,2 pouces,  full HD, techno IPS, gorilla glass 4
  • Processeur Snapdragon 808 64bits, qui avance vite. Il est légèrement moins puissant qu’un Galaxy S6 par exemple. Le GPU intégré est un Adreno 418.
  • 3 Go de RAM et 32 Go de stockage en mémoire interne. Pas de carte SD mais 100 go de stockage dans le cloud gratuits.
  • Batterie de 2680 mAh, un poil petite, mais on verra pourquoi un peu plus bas (le smartphone est extrêmement fin)
  • Android Marshmallow 6.0.1 et surcouche Nextbit (très proche d’Android Stock). Android 7.0 disponible en beta.
  • port USB-C
  • wifi a/b/g/n
  • Capteur d’empreinte sur le bouton On/Off
  • APN 13 megapixel
  • 179€ sur Amazon , en 2 versions : une version grise et une version « mint » (vert mente)

En bref, ce sont des spécifications solides, proches de ce qui se faisait de mieux début 2016

Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin

Ce smartphone un peu particulier continue de nous étonner avec l’unboxing : la boite est clairement différente de ce que nous avons l’habitude d’avoir entre les mains. Il s’agit d’une longue et extrêmement fine boite de carton, très jolie à regarder, avec des motifs presque « cachés » (un petit nuage).

Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin

Une fois qu’on ouvre la boite, on découvre que les mecs de chez Nextbit ont eu un peu d’humour. On peut lire pleins de petits messages assez sympas qui finalement nous font penser que ce smartphone est un peu spécial

Une fois la boite ouverte, on découvre donc le smartphone. Première impression : les finitions sont excellentes. C’est lisse, propre, bien ajusté, un peu « carré » (mais ça fait parti du look) et extrêmement fin. Le smartphone ne fait pas vraiment léger en main, mais il fait très fin, c’est certain.

Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin

Ce qui marque vraiment à première vue c’est son coté « symétrique », le haut et le bas du smartphone font la même taille, avec un haut parleur centré dans chacune des parties. Sur le haut, on peut cependant apercevoir l’APN frontal et le capteur de proximité.

Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin

Le reste du smartphone est en polycarbonate gris (pas noir hein) mat, et du plein bel effet je trouve. Ça change un peu de l’aluminium ou du verre, même si clairement on sent que c’est un matériau assez cheap. Sur le partie basse du smartphone on peut trouver un port USB-C (un des premiers smartphones équipé !) et une LED de notification de charge, et une prise jack sur la partie haute.

Les boutons sont situés de part & d’autre de l’écran : coté gauche, 2 boutons ronds (c’est étonnant, cette forme) pour le volume, faciles à trouver. Sur le coté droit on trouve un bouton vert mente, qui sert de bouton On/Off et en même temps de capteur d’empreinte (un peu comme les Sony Xperia), et c’est plutôt malin comme position je trouve (surtout quand on voit la finesse du smartphone…).

Sur l’arrière du smartphone on remarque un petit nuage, et 4 petites LEDs sont intégrées dessous. Elles sont impossibles (ou presque à voir) et servent à indiquer le statut de la synchronisation cloud (elles sont en fait quasiment toujours éteintes chez moi).

Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin

Au chapitre des choses que j’aime sur ce Nextbit Robin:

  • le look, le design symétrique
  • la finesse du smartphone !!! plus fin que mon Galaxy S7 !!
  • L’appareil photo ne dépasse pas.
  • USB-C !!!
  • Intégration du lecteur d’empreinte

Au chapitre des petites déceptions :

  • matériau un peu glissant
  • pas de bouton home
  • un design « carré » et du polycarbonate va surement s’abîmer assez vite
  • pas de chargeur livré dans la boite… C’est pas mal pour moi, pour certains c’est pas top.

Ecran du Nextbit Robin

L’écran est un « classique » en 5.2 pouces, comme le Galaxy S6 et S7. Il n’est cependant pas Amoled, ni QuadHD. C’est pas bien grave, pour un smartphone de ce standard, je préfère un bon full HD qu’un QHD médiocre et consommateur d’énergie. A noter que la bordure noire fait un peu contraste avec le corps du smartphone qui lui est gris. On remarque donc ces bordures, même si elles ne sont pas plus grosses que celles d’un iPhone 6 par exemple.

Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin Nextbit Robin

L’écran proposé sur ce Nextbit Robin est plutôt propre, on peut choisir plusieurs profils de colorimétrie ; il ne m’a pas agréablement surpris, ni déçu, je l’ai trouvé OK pour toutes les taches que j’ai eu à faire… En gros, il est précis, il est lumineux sans être exceptionnel, il est bon au niveau des angles de vue… rien à dire. Pour moins de 200€ on ne peut pas demander plus je pense, c’est du bon !

Autonomie & performances

Coté performance, le processeur Snapdragon 808 n’est plus tout jeune. Il est dépassé par le 810 et le 820, qui sont tous les deux plus puissants (mais pas forcément plus économes). Ce 808 est ce qui se faisait de mieux en fin 2015 et lors de mon test il m’a permis de faire tourner 100% des applications de façon tout à fait normales. Pas de lag, pas de plantage ou de jeux qui rament : on se rend compte qu’Android sur des anciens processeurs haut de gamme reste parfaitement fluide.

Nextbit Robin Nextbit Robin

Au niveau des benchmarks, ce n’est certes pas exceptionnel, mais honnêtement je m’en fiche royalement : le benchmark ne représente en rien l’expérience utilisateur, et pour ce Robin, tout est fluide et parfaitement agréable à utiliser. Il est pour moi supérieur en fluidité et en rapidité qu’un Nexus 5X par exemple !

Pour info, voici ce que j’ai pu avoir comme performance sur le dernier Asphalt, ça marche ultra bien :

Sur les jeux, ce Robin n’a montré aucun problème et fera tourner tous les classiques du genre. Sur l’autonomie par contre, je suis moyennement satisfait par la petite batterie : elle ne permet pas de tenir une journée « intense » mais elle est OK pour une utilisation normale. Je tiens quasiment autant que mon Galaxy S7 qui n’est pas un exemple en la matière d’autonomie. Par contre, ce n’est pas bien grave pour mon utilisation : j’ai des batteries ou des prises USB-C partout (voiture, travail, sac à dos). Avec mon utilisation intensive, j’ai constaté 3h de SOT (screen-on-time) et parfois moins (2h et quelques…).  Mais ça reste similaire à tous les hauts de gamme que j’ai pu avoir en main récemment je pense.

La charge ne m’a pas paru rapide ni lente, on est sur du classique sur ce smartphone. Il vous faudra un peu moins de 2h pour charger à 100% votre batterie de 2680 mAh. A noter que le chargeur n’est pas fourni dans la boite (mais ce n’est pas bien grave, j’en ai déjà plusieurs…).

Appareil photo du Nextbit Robin

Concernant l’appareil photo, c’est plutôt décevant je trouve, pour moi qui suit habitué à l’excellence. L’appareil photo me rappelle un peu celui du OnePlus Two : très bon en plein lumière, mais très bruité en basse luminosité.

Les réglages proposé par Nextbit sont cependant intéressants: on a accès à un réglage manuel (ISO, vitesse, focus) et à quelques fonctions clés (HDR). La prise de vue est plutôt rapide. L’ouverture proposée par le Nextbit Robin est de f/2.2, ce qui veut dire qu’il n’aura pas un « effet bokeh » aussi prononcé que les hauts de gammes actuels. Ça reste cependant très acceptable d’après moi,  et cet appareil conviendra pour la majorité d’entre vous.

Voici une petite photo comparaison avec mon Galaxy S7 (ici très basse luminosité) :

En video, c’est du full HD à 30 fps. Du classique pour un smartphone de cet ordre de prix et j’ai trouvé ça plutôt propre, avec une prise son un poil décevante. Voici une vidéo en très basse luminosité (en gros le pire qu’on puisse tenter avec un smartphone) et c’est sûr que c’est pas terrible, mais pour le prix je trouve ça plutôt honnête.

Encore une fois, si on juge en fonction du prix du smartphone (179€ sur Amazon), on a un appareil photo qui se débrouille bien (mais bien loin des hauts de gamme de 2017)!

Audio

Rien à reprocher à la partie audio via jack ou bluetooth, le Robin est très bon. Par contre, ce sont les haut-parleurs frontaux qui ne sont pas au top, mais c’est pas bien grave encore une fois. Ils permettent d’avoir un rendu stéréo quand on joue ou qu’on regarde une vidéo YouTube et c’est le principal. Je ne crache jamais sur des haut parleurs frontaux et stéréos, souvent bien meilleurs qu’un simple haut parleur sur la tranche du smartphone…

En conversation, la qualité d’écoute était très bonne je trouve, rien à redire la dessus.

Software

Nextbit Robin

On va passer un peu de temps sur la partie Software du Nextbit Robin, car c’est la dessus qu’on l’attend au tournant. Tout d’abord, au global, c’est un Android stock des plus classique. Exactement identique à ce qu’on trouve sur les Nexus de 2016 ! Un excellent point donc… Je pense que les ingénieurs étant des anciens de l’équipe Android & HTC, ont compris que ce « stock » était une force et quelque chose de recherché à nombreux d’entre nous (pour avoir des mises à jour rapides, uniformisation de l’interface entre devices, etc…).

Passons maintenant au launcher de base. Il est très (trop ?) simple et fonctionnel. On y retrouve donc un bureau complètement simple, et les icônes ne peuvent pas être supprimées du bureau (à la sauce iOS). Il faudra donc faire des multiples dossiers pour ranger tout ça et ne pas laisser tout en vrac. Personnellement, j’aime pas trop cette philo, car j’ai en permanence plus de 200 applications installées sur les appareils, et ça devient rapidement un empilement de dossiers.

Les icônes sont d’une couleur vert mente, assorties au code couleur de la marque… Personnellement je ne suis pas un grand fan, mais c’est pas grave. Le bureau propose aussi une grosse icône mauve présente sur toutes les pages du bureau, qui permet d’afficher les « pinned apps », les « archived apps » et l’ensemble des apps (une sorte de drawer quoi…).  On expliquera plus tard les différences entre ces catégories. Pour finir, un geste de pincement à 2 doigts affiche une nouvelle page où on peut y mettre des widgets. Pratique et bien fonctionnel, à l’image un peu de ce launcher proposé par Nextbit.

Lorsqu’on ouvre un dossier, le fond est flouté, un peu comme sur d’autres launchers iOS & Android, et c’est plutôt joli je trouve. On retrouve globalement un thème « vert & blanc » un peu partout dans l’interface du Nextbit Robin.

A noter que pendant mon test plusieurs apps fournies par Robin ont été mises à jour, avec des changements de look pour certaines apps d’ailleurs. C’est ultra rassurant, ça prouve que Nextbit continue de faire vivre leur smartphone même en 2017 !!! Top !

Passons maintenant à ce qui fait la force de ce Robin : son système de cloud unique. Comme je le disais plus haut, il a 32 Go de stockage en mémoire interne, ce qui est aujourd’hui une très bonne chose. Ce stockage se comporte exactement comme tous ce qu’on trouve sur les Nexus. Par contre, ce qui change, c’est que l’OS a été customisé pour intégrer un stockage cloud, qui va bien plus loin que ce qu’on a sur Dropbox ou Google Drive. Ici, il est clairement fusionné avec le launcher, et permet de stocker de la donnée (photos) mais aussi des applications et les données de ces applications. Par exemple, si vous migrez votre jeu favori sur le cloud, il y sera stocké avec les sauvegardes de jeu ! Lorsque vous ferez revenir sur le smartphone l’application, elle reviendra exactement dans le même état. C’est assez novateur comme concept.

Alors, comment cela fonctionne ? Et bien tout repose sur une seule application (mise à jour régulièrement via le Playstore) qui va décider automatiquement de faire migrer des données sur le cloud de Nextbit lorsque les 32 go seront bientôt pleins. En gros, Robin va commencer par faire migrer les applications qui ne tournent pas en fond (par ex Allociné, des apps de benchmarks, etc…), les photos qui prennent de la place et qui ne sont pas régulièrement consultées. Ces données disparaissent du smartphone, et libèrent donc de la place. Pratique et surtout complètement transparent pour l’utilisateur. Il est possible de customiser les notifications pour comprendre un peu ce que le téléphone est en train de faire, ou sinon il suffit de regarder les 4 LEDs sous le petit nuage sur l’envers du smartphone, qui indiquent si une synchronisation montante ou descendante est en cours.

Une application dans le cloud sera « grisée » dans le launcher. Il suffira de la lancer (en cliquant dessus) pour demander au téléphone de faire revenir l’application. On voit la progression du téléchargement juste sous l’icone de l’application, avec une petite barre de progression. Attention donc à votre connexion 4G, plus vous avez une connexion pourrie (genre SFR ou RED) et plus vous allez galérer à rapatrier rapidement vos applications. En général ça marche très bien, vu que ce sont des apps que vous n’utilisez que rarement qui sont stockées dans le cloud.

Il est aussi possible d’interdire au Robin de migrer sur le cloud une app, en choisissant de la « pinner ». Pour cela, il suffit de faire un petit slide vers le haut sur l’icône, et cette app ne bougera pas. On a accès aussi à pleins de fonctions intelligentes pour customiser exactement comment doit se comporter le cloud et la migration des apps (certaines options sont à débloquer en passant en mode « advanced » en cliquant plusieurs fois sur la bonne option dans les paramètres de l’app).

Point important : il est aussi possible d’utiliser un launcher alternatif (genre Nova, ou Nova, ou bien Nova) et les icônes des apps dans le cloud seront grisées elles aussi sur Nova. Attention cependant j’ai observé une limitation : les apps dans le cloud disparaissent du bureau (elles restent dans le drawer) et il n’est pas possible d’utiliser une gestuelle pour « pinner » une app (faut passer par les paramètres…).

Et au quotidien, est ce que c’est utile ? Qu’est ce que j’en pense au niveau des usages ?

  • Si vous êtes quelqu’un qui a plusieurs centaines d’applications installées sur son téléphone, que vous n’avez pas envie de vous embêter à faire le ménage de temps en temps, ce smartphone et son cloud sont fait pour vous. Le système de sauvegarde dans le cloud vous permettra de jongler avec toutes les apps installées, et seules les applications utilisées toutes les semaines seront gardées en local. Les apps dans le cloud mettent quasiment le même temps que via le Playstore à s’installer… ce qui veut dire qu’avec une bonne 4G, c’est confortable. Si vous n’avez pas une bonne 4G, c’est plus compliqué, car il faudra un peu de temps pour récupérer l’application (et oui, c’est pas « magique » qu’est ce que vous pensez … ça n’ira jamais plus vite que votre 4G ou votre wifi…).
  • Par contre, si vous êtes comme moi, et que vous avez 50% de votre espace disque qui est monopolisé par Spotify et de la musique en local, ça va être compliqué car finalement Nextbit ne peut pas migrer Spotify dans le cloud (et s’il le fait, vous perdez toute vos musiques en local… dommage). Idem pour des podcasts via Pocket Cast : les épisodes en local sont automatiquement effacés lorsqu’on migre l’app dans le cloud.  Donc je me retrouve avec un smartphone quasiment plein de musique, et presque toutes mes apps partent dans le cloud sans vraiment libérer de l’espace. Du coup, je ne profite pas vraiment de cette fonction de cloud (seules quelques apps sont migrées, pour quelques Go au final économisés). Donc pour mon cas à moi, c’est bien, mais pas une killer feature.
  • Petites remarques : 100Go c’est très très confortable. Vraiment très compliqué à remplir, sauf si vous prenez beaucoup de photos avec mon téléphone ! 🙂 et puis un gros jeu stocké sur le cloud, c’est long à rapatrier…

Voici mes avis positifs:

  • gratuit, c’est pas mal.
  • migrer ses apps sur le cloud, c’est assez malin.
  • ça marche très bien, transparent pour l’utilisateur.
  • fonctionne aussi avec Nova Launcher.

Mes avis négatifs:

  • fonctionne uniquement pour les apps qu’on utilise rarement. Imaginez pas mettre dans le cloud votre client twitter ou vos mails.
  • dépend à 100% d’internet : si vous n’avez pas de réseau (ou de wifi), certaines apps ne marcheront pas.
  • difficile de savoir quelles sont les images & videos stockées sur le cloud. Il faut obligatoirement utiliser l’application « galerie » du smartphone pour voir cela.
  • on peut pas forcer Robin pour faire une synchro sur les photos & videos qu’on aimerait migrer.

Mes conclusions sur ce Nextbit Robin

Pour commencer cette conclusion je vais parler du hardware. Pour 179€ on a un téléphone très puissant et bien construit. L’écran est bon, le boitier est joli, les finitions sont tout à fait honorables. Difficile d’avoir mieux pour ce prix la, je trouve. De plus, l’Android embarqué est « presque » à jour (Android N en béta) et très proche du stock. Rien que pour ces arguments, je trouve que cela vaut le coup. Attention, point faible à mes yeux (exigeants) : l’appareil photo un peu en retrait.

Nextbit Robin

Si maintenant on considère le système de cloud proposé, je pense que ça plaira (beaucoup) à une catégorie de personne : ceux qui ont un bon abonnement 4G avec beaucoup de data et qui sont de gros utilisateurs d’applications & de jeux. Avec 32 Go et 100 Go déportés sur le cloud, vous serez très à l’aise. 

Si par contre, comme moi, vous avez beaucoup de musique et de vidéos, et pas grand chose à coté, c’est un peu limité et le cloud ne sera vu que comme un « bonus ». Ne misez pas tout la dessus, vous risquez d’être déçus. 

Au global, je retiens donc que ce Nextbit Robin est très agréable à utiliser, propose une interface très propre et réactive et un service de cloud innovant sans être indispensable à mes yeux. Et pour 179€, c’est vraiment une très bonne surprise !

Nextbit Robin

N’hésitez pas à laisser vos questions sur ce Nextbit Robin dans les commentaires, je serai heureux d’y répondre !

Cet article Nextbit Robin : le test de ce smartphone pas comme les autres est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/01/smartphone-nextbit-robin-test/feed/ 9 14475
Imprimante 3D Dagoma DiscoEasy 200 : le test http://www.blablahightech.fr/2017/01/imprimante-3d-dagoma-discoeasy-200-le-test/ http://www.blablahightech.fr/2017/01/imprimante-3d-dagoma-discoeasy-200-le-test/#comments Wed, 11 Jan 2017 09:42:28 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14352 Depuis que je suis dans le monde des drones & des skates électriques, je ne rêve que d’une chose : avoir une imprimante 3D à la maison pour imprimer toutes...

Cet article Imprimante 3D Dagoma DiscoEasy 200 : le test est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Depuis que je suis dans le monde des drones & des skates électriques, je ne rêve que d’une chose : avoir une imprimante 3D à la maison pour imprimer toutes sortes de choses. C’est chose faite depuis fin décembre, j’ai une Dagoma DiscoEasy 200 à la maison ! Il s’agit d’une petite imprimante française à 299€, parfaite pour découvrir cet univers et se faire plaisir !

Présentation

Pour faire simple, Dagoma propose depuis quelques années (ce ne sont pas des débutants, loin de la) des solutions d’imprimantes 3D à petit prix, à monter soi même et facile à l’entretien : chaque pièce peut être changé facilement, imprimé directement sur une imprimante 3D pour les pièces de structure, et tout cela avec un SAV français ! Les premiers kits commencent à 299€, tout est fourni dans un petit carton tout joli, et il faut compter ensuite entre 2 et 5h de montage et de réglage pour que tout fonctionne.

On peut faire quoi avec ? Et bien c’est tout simple : imprimer n’importe quelle pièce à la géométrie simple ou compliquée, du moment qu’elle ne dépasse 200 x 200 x 200 mm. Le matériau principal de la Dagoma DiscoEasy 200 est le PLA, un plastique biodégradable et « moins nocif » pour la planète que ses petits copains en ABS. Il est aussi possible d’imprimer avec des filaments souples (pour des coques de smartphones par ex) ou des filaments « bois » ou même avec des particules de métal à l’intérieur… yen a pour tous les goûts !

Le principe de Dagoma avec sa DiscoEasy 200 est de proposer une imprimante 3D « grand public » , on charge son fichier 3D, on appuit sur « print » et on revient quelques heures après pour voir le résultat de l’impression (oui quelques heures, les gros objets peuvent prendre jusqu’à 24h d’impression, les plus petits ne prenant que quelques minutes !).

L’imprimante utilise un consommable (ici c’est pas des cartouches…) : il s’agit de rouleaux de fil en plastique, qu’on paie entre 25 et 40 € la bobine. Avec 1 bobine il est possible d’imprimer des dizaines d’objets (pendant ce test, j’ai dépensé 1 seule bobine…), et donc les objets reviennent au final à quelques € chacun, une broutille quand on voit comment ça peut nous aider !

Petite particularité de Dagoma, la plupart des pièces de l’imprimante sont imprimées, par des Dagoma justement ! Les Dagoma se reproduisent donc presque toutes seules !

Déballage et montage

J’ai fait une petite vidéo sympa pour vous montrer les phases principales depuis le déballage du carton jusqu’à l’assemblage final. C’est tout simple, et je me suis aidé d’une video qui explique exactement comment s’y prendre. Finalement c’est un gros LEGO géant, avec quelques fils électriques à brancher à la fin.

Aucune difficulté particulière, le montage est bien utile car il permet à chacun de comprendre à quoi sert tel ou tel élément. Ce sera pratique le jour où on voudra faire évoluer la Dagoma DiscoEasy 200 et lui donner des « supers pouvoirs » (oui on peut la faire évoluer…). De mon côté, une erreur de montage dans les courroies m’a fait rater mes 2 premières impressions, et c’est vite rentré dans l’ordre quand je le suis aperçu de mon erreur.

Au chapitre des outils à utiliser, rien de bien nécessaire à part un tournevis plat & long. Les clés 6 pans sont fournies par Dagoma dans la boite.

Une fois le montage effectué, on passe aux premiers réglages. Une fois de plus, Dagoma a bien pensé les choses en proposant un tuto directement depuis une application mac ou pc : il faudra donc avoir un ordinateur portable proche de l’imprimante pour réaliser ce premier réglage de « planéité du plateau » et réglage de la première couche. L’imprimante d’ailleurs commence à imprimer votre premier objet à ce moment là, et c’est la magie de l’impression 3D qui s’offre à vous : voir l’objet se créer sous vos yeux est un peu magique !

Ensuite, on recommande de tout de suite imprimer un petit badge / porte clé Dagoma, histoire de voir que tout va bien chez vous. C’est l’occasion de découvrir Cura by Dagoma, le logiciel qui permettra d’importer un modèle 3D récupéré sur internet, et de l’imprimer chez vous : il va créer le programme d’usinage (les trajectoires de la tête d’impression) et régler les petits détails comme la température de chauffe de l’imprimante, le niveau de détail souhaité etc.

Ce logiciel est d’une simplicité incroyable et fonctionne vraiment bien pour moi. Au chapitre des satisfactions, il indique en temps réel (au fur & à mesure que tu l’utilises) le temps d’impression : il est ainsi possible de voir l’influence de tel ou tel paramètre sur le temps au final nécessaire pour l’impression, mais aussi le nombre de gramme de plastique nécessaire. Top !

Il permet aussi de voir un aperçu de la pièce et des façons dont elle sera imprimée, on peut aussi changer l’échelle de la pièce à la volée (imprimer une figurine en tout petit pour voir …), ajouter d’autres pièces à imprimer en même temps que la première. Bref, c’est THE couteau suisse, qui marche bien, efficace et très facile d’utilisation pour débuter.

Les premières impressions avec la Dagoma DiscoEasy 200

On conseille en général d’utiliser ses premières impressions pour se fabriquer un petit dérouleur de fil pour l’imprimante. En effet celle ci n’est pas livrée avec mais Dagoma livre un modèle 3D pour celle ci, histoire d’imprimer son premier objet « utile » et c’est cela que j’adore avec l’impression 3D en général…. La seule limite à l’impression 3D est finalement notre imagination et notre sens de la conception !

Une fois ce support de bobine imprimé et installé, il sera possible de se lancer dans d’autres impressions plus ou moins utiles. Personnellement, j’ai utilisé mes premiers grammes de PLA pour imprimer des petites figurines et voir un peu la précision possible avec cette Dagoma DiscoEasy 200. Je vous donne d’ailleurs un aperçu de mes premiers prints :

Une fois ces premières impressions réalisées, c’est maintenant le moment de … concevoir ses propres pièces, ou d’aller les récupérer directement sur des banques d’objets en ligne !

Des exemples d’impressions 3D

Maintenant que vous connaissez la base, le « comment ça marche », et bien il est temps de vous laisser imaginer la puissance de ce genre d’appareil. Attention, tout ceci n’a pas forcément été imprimé par une Dagoma, mais ça peut vous donner des idées. Pour trouver ces modèles, rien de plus simple: aller sur Thingiverse , Cults3D , Pinshape etc…

On commence par des trucs utiles pour la maison….

D’autres trucs utiles pour la tech ou le bureau :

Des trucs utiles pour les bricoleurs

Des jouets pour les enfants (ou pour vous)

De la déco

Vous en voulez plus ? Je vous encourage à suivre mon compte instagram si vous voulez voir les impressions que je réalise… Je publie des photos mais aussi pas mal d’exemples dans mes « stories » !

Les bonus

L’idée existe depuis quelques temps, et je trouve ça super top : Dagoma commercialise des « box » qui permettent d’imprimer soi même une partie d’un objet, et d’utiliser les pièces détachées fournies dans la box pour terminer l’objet : par exemple il sera possible d’imprimer et de faire fonctionner une petite enceinte bluetooth, un skate, ou même un petit robot. Là où l’idée est encore plus intéressante c’est que ces box sont issues de la communauté, et que Dagoma reverse quasiment tous les bénéfices réalisés à leur créateur. Les personnes étant super créatives peuvent donc proposer des idées et des réalisations & être rémunérées ensuite !

Pour terminer, j’aimerai dire quelques mois du SAV. Avant de me lancer dans cette aventure avec Dagoma, j’ai entendu que du bien du SAV, qui est réactif et qui sait rapidement identifier les problèmes à distance. De même, la communauté autour des imprimantes Dagoma étant assez grande, il est possible d’avoir facilement de l’aide sur les forums francophones sur l’impression 3D. Par contre, parlant de mon cas personnel, j’ai eu un souci avec l’imprimante pendant mon test (un fil dessoudé au niveau de la tête d’impression) et l’imprimante s’est arrêtée de fonctionner directement. J’ai suivi la procédure normale, laissé un message au service client un mercredi soir, et j’ai eu rapidement quelqu’un au téléphone et qui m’a tout de suite diagnostiqué la panne et m’a proposé plusieurs solutions de réparation. Le SAV est quelque chose de très important je pense, quand il s’agit d’impression 3D (ya toujours des petits soucis…) et Dagoma étant en France gagne tout de suite des points.

Conclusion sur la Dagoma DiscoEasy 200

J’adore le concept, j’adore cette machine, et j’ai envie de vous dire que la seule limite à l’utilisation de cette machine c’est votre imagination… C’est un peu le résumé de mon avis sur cette Dagoma DiscoEasy 200.  C’est un outil qui va énormément m’aider dans les prochains mois dans la fabrication de pièces pour mes skates, mais aussi pour faire tous pleins d’ustensiles pour la maison, de la déco, des petits objets pratique en voiture, dans le garage… bref, j’adore les nouvelles possibilité offertes par ce genre de procédé de fabrication.

La DiscoEasy 200 porte bien son nom, elle est plutôt facile à utiliser et elle est simple et fonctionnelle. J’espère juste qu’elle durera longtemps et que je pourrai m’en servir « à fond » pendant encore plusieurs mois ou années ! Dagoma, on compte sur toi, ne nous déçoit pas sur le SAV ! 🙂

Vous souhaitez acheter une Dagoma et avoir une bobine gratuite en étant mon « filleul » ? Contactez moi et je vous donnerai mon adresse email à entrer dans le champ adapté !

Cet article Imprimante 3D Dagoma DiscoEasy 200 : le test est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/01/imprimante-3d-dagoma-discoeasy-200-le-test/feed/ 4 14352
Montage de l’imprimante 3D DiscoEasy 200 de Dagoma http://www.blablahightech.fr/2016/12/montage-de-limprimante-3d-dagoma-discoeasy-200/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/montage-de-limprimante-3d-dagoma-discoeasy-200/#comments Fri, 23 Dec 2016 13:18:30 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14056 Mon petit cadeau de Noël personnel, cette année, c’est une imprimante 3D, fabriquée par Dagoma (français !!!) et qui se vend en kit pour 300€. Voici une petite vidéo (accélérée)...

Cet article Montage de l’imprimante 3D DiscoEasy 200 de Dagoma est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Mon petit cadeau de Noël personnel, cette année, c’est une imprimante 3D, fabriquée par Dagoma (français !!!) et qui se vend en kit pour 300€. Voici une petite vidéo (accélérée) qui illustre la facilité d’assembler soi même cette DiscoEasy 200 !

Dagoma et la DiscoEasy 200

Dagoma est une entreprise Française qui commercialise des imprimantes 3D un peu spéciales. Elles sont tout d’abord très peu chères (300€) et ont la particularité d’être « imprimée » par des imprimantes 3D. Elles se reproduisent ! De plus, la communauté derrière cette marque est impressionnante et des modifications des imprimantes sont proposées par des particuliers mais aussi par la marque (ajout d’un écran LCD…). Bref, je vous donnerai plus d’info sur Dagoma dans le test de la DiscoEasy 200 !

DiscoEasy 200

Cette DiscoEasy 200 est l’évolution de la Discovery 200, et se caractérise par son petit prix (300€ en kit), sa grande polyvalence et sa précision qui est plutôt intéressante pour un produit de ce prix. Sa version en kit arrive dans un minuscule carton (mais lourd) et nécessite environ 1/2 journée d’assemblage si vous êtes seul. Les notices sont claires (en ligne) et détaillés (avec des videos). Personnellement, n’étant pas quelqu’un de très bricoleur, il m’a fallu environ 4h de montage, en suivant uniquement 2 videos YouTube. Pas de difficulté majeure au niveau de l’assemblage si ce n’est parfois certains jeux entre 2 pièces un peu serrer, et il m’a fallut un peu « pousser » parfois.

Pour terminer, aucun outil spécifique est nécessaire, seulement un tournevis cruciforme et un tournevis plat de petite taille.

La video

Evidemment, c’est accéléré. Le contenu de cette video n’est pas si important, c’est uniquement pour montrer les grandes étapes de l’assemblage de la DiscoEasy 200 : rien de bien compliqué, une personne seule peut y arriver.

Attention cependant sur l’assemblage de certains éléments : j’ai une formation d’ingénieur et malgré ça il m’est arrivé de faire une erreur au niveau des courroies. Pas de problème, les erreurs qu’on peut faire ne sont pas irrémédiables, il est toujours possible de démonter puis remonter dans le bon sens !

Le résultat

J’ai monté l’imprimante hier après midi, hier soir j’ai réalisé mes premières impressions (presque ratées) à cause de mon erreur dans l’assemblage des courroies (pas assez tendues). Du coup ce matin, tout est rentré dans l’ordre et j’imprime des petites objets sympas !

DiscoEasy 200

Ma première impression fut le fameux badge / porte clé Dagoma :

DiscoEasy 200

Ma deuxième impression est un dérouleur de filament, super pratique :

DiscoEasy 200

L’embase est fixe et la pièce supérieure vient se coincer dans la bobine de filament…

DiscoEasy 200

La suite est sur les réseaux sociaux et dans le test de cette DiscoEasy 200 !!

Cet article Montage de l’imprimante 3D DiscoEasy 200 de Dagoma est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/montage-de-limprimante-3d-dagoma-discoeasy-200/feed/ 7 14056
Déballage de l’UNiK PRO, e-skate français ultime http://www.blablahightech.fr/2016/12/deballage-unik-pro-unikoards/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/deballage-unik-pro-unikoards/#comments Wed, 21 Dec 2016 17:04:10 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14050 J’ai déjà publié plusieurs articles sur l’entreprise lancée il y a quelques mois par UnikBoards, jeune start-up parisienne qui se lance dans le skate électrique haut de gamme et dans...

Cet article Déballage de l’UNiK PRO, e-skate français ultime est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
J’ai déjà publié plusieurs articles sur l’entreprise lancée il y a quelques mois par UnikBoards, jeune start-up parisienne qui se lance dans le skate électrique haut de gamme et dans la mouvance DIY (Do-It-Yourself). Présentation en photos de leur premier modèle (et surement pas le dernier…) : l’UNiK PRO.

Un peu d’histoire sur UnikBoards

Si vous ne souhaitez pas lire les précédents articles que j’ai écris sur le sujet, je vous fait un résumé en quelques mots : Unikboards est une entreprise lancée par 3 parisiens, fans de skate & skate électrique, et qui ont fabriqué pendant quelques années leurs planches… jusqu’au jour où ils se sont lancés dans l’aventure et on créé le premier skateshop français spécialisé dans les pièces pour skate/longboards électriques. En quelques semaines ils ont eu l’idée, en quelques mois ils ont créé un prototype qu’ils ont martyrisé pendant des centaines de kilomètres et en octobre leur shop à ouvert et à reçu leurs premières commandes. Je fus un des premiers à me lancer sur un « pack complet », car je crois énormément à leur projet. Cet achat, je l’espère, contribuera au lancement d’une marque française pérenne qui permettra à tout le monde d’assembler soi-même son skate électrique, en passant par un shop français (et donc sans douane, frais de ports exorbitants etc…) et avec un SAV proche de chez nous.

UNiK PRO

Nous sommes fin décembre et les premières livraisons des planches UnikBoards sont faites. Il s’est passé forcément un peu de temps entre la sortie « théorique » et la sortie effective des produits, mais c’est un peu normal, j’ai envie de dire… Quand on lance un produit de ce type, il est très dur d’avoir un planning robuste du premier coup. Par contre, chose exceptionnelle, UnikBoards a profité de ces retards de livraison pour améliorer et ajouter des éléments au e-skate initial. De nouvelles pièces exclusives ont été ajoutées, sans prix supplémentaire. Chapeau !

De plus, UnikBoards communique avec ses clients régulièrement par newsletter, mais aussi à ses fans par l’intermédiaire du forum www.e-sk8.fr et on apprend déjà que la gamme va s’agrandir en 2017, avec l’arrivée de nouvelles pièces.

UNiK PRO

Les specs de l’UNiK PRO

Comme on peut le faire sur des tests de produits high-tech, les skates électriques répondent à certains critères importants : batterie & moteur sont les principales choses à regarder, mais on peut aussi s’intéresser à la transmission, aux roues & trucks, au deck (la planche), la télécommande… Voici donc les specs de cette UNiK PRO (dual moteur).

  • Planche courte et fabriquée en France par un atelier spécialisé (un vrai artisan comme on aime). Elle est éco-friendly, faite à la main, et gravée au laser… Une pièce magnifique, qui sera extrêmement maniable et réactive.
  • Roues Orangatang Kegel, les fameuses roues des planches Boosted Boards. Super accroche dans les virages, et très rapides !
  • Trucks Caliber II à 50°, la référence pour les planches de descente. Très stables à haute vitesse !
  • Batterie 10S3P de 7500mAh, munie d’un BMS. Elle est ultra slim et permet environ 30 km d’autonomie, et se recharge en quelques heures !
  • 2 moteurs Polaris 190kv en 6355. Ces moteurs sont capables de délivrer chacun 2400 W environ !! Je vous laisse imaginer la puissance de 2 moteurs comme ceux la sur 1 seul petit skate léger…
  • Transmission par poulies/courroie, avec ratio de 15/32 (15 dents coté moteur, 32 coté roue)
  • La transmission est une pièce d’orfèvrerie made in UnikBoards, c’est la pièce maitresse de cette planche clairement. Elle est en aluminium anodisé, et le concept mécanique propose une robustesse et longévité bien meilleure que tous les concurrents…
  • VESC 4.12 (cartes électroniques qui pilotent les moteurs)
  • Roulements Red Bones
  • Télécommande sans fil, pilotée au pouce
  • Grip Vicious extra grain, le meilleur qui existe tout simplement

Un point important à signaler : ici la planche est livrée « assemblée » mais cela est une exception vu que c’est un des premiers modèles livrés. En pratique, la planche UNiK PRO sera livrée à assembler (1h de travail max), et aucun outil « exotique » ne sera nécessaire : tournevis et clé plate devraient largement suffire !

Le déballage de l’UNiK PRO

Ce matin, le facteur est passé et m’a laissé un petit colis… je vous laisse découvrir le contenu. Place à l’UNiK PRO !

Pour une planche issue du « Do It Yourself » je peux vous assurer que ce produit est clairement un peu fou… Les finitions, les fonctionnalités, et les performances sont complètement folles.

Mention spéciale à UnikBoards pour la conception de certaines pièces uniques (qui n’existaient pas jusqu’à aujourd’hui) : le mount, le riser, le driver pour les roues Kegel… On a vraiment un produit unique que personne (ou presque) ne possède actuellement.

Vous l’avez remarqué, une petite télécommande au pouce est fournie (un chargeur aussi, qui n’apparait pas sur les photos ici). La télécommande se recharge en USB (top) et possède un cruise control, qui permet de maintenir une certaine vitesse. Il me tarde donc de tester tout ça, je vous retrouve sur les réseaux sociaux pour avoir mon feedback en live, dans les prochains jours !

En attendant n’hésitez pas à aller voir le site d’UnikBoards, des pièces sont ajoutées régulièrement à leur catalogue.

Cet article Déballage de l’UNiK PRO, e-skate français ultime est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/deballage-unik-pro-unikoards/feed/ 2 14050
Où en suis-je de mes constructions de e-skate ? http://www.blablahightech.fr/2016/12/mes-constructions-e-skate/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/mes-constructions-e-skate/#respond Mon, 19 Dec 2016 11:20:53 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14267 J’ai déjà écris quelques articles sur les skates électriques, et j’ai d’ailleurs pas mal modifié/reconfiguré mes premiers modèles de e-skate. Il est donc l’heure de faire un petit bilan, sur...

Cet article Où en suis-je de mes constructions de e-skate ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
J’ai déjà écris quelques articles sur les skates électriques, et j’ai d’ailleurs pas mal modifié/reconfiguré mes premiers modèles de e-skate. Il est donc l’heure de faire un petit bilan, sur ce qui roule chez moi actuellement.

A l’origine de tout

Mon premier setup, c’était une planche Drop Race achetée chez Décathlon, adaptée pour la descente. C’est une planche très rigide, plutôt courte, et qui m’a permi de faire mes gammes en longboard « manuel » (sans moteur) puis avec un premier moteur. Elle a une forme très intéressante qui permet un controle parfait à haute vitesse.

J’avais acheté un petit set de pièces chez http://diyelectricskateboard.com/ pour créer un ensemble adapté aux débutants.

Ce setup marche très fort (très bonne vitesse de pointe) mais pas forcément très sécurisant au niveau du freinage (une seule courroie, un seul moteur qui freine). De plus, une erreur de montage a peut être endommagé mon moteur. Suite à pas mal de reflexions, j’ai finalement fini par vendre le moteur, trucks, mount et roues, pour passer à la V2 de ma planche.

L’arrivée du e-skate Dual

Je suis de nouveau passé par http://diyelectricskateboard.com/ pour m’approvisionner en pièces avec une approche différente cette fois ci : je voulais tester une planche avec 2 moteurs (2 fois plus de puissance de freinage, et capable de monter bien plus fort), avec des roues de plus grand diamètre. Ce nouveau setup est plus puissant que le premier, mais l’autonomie en prend un coup… Par contre, niveau freinage et accélération, c’est une fusée.

J’ai profité justement de ce changement de motorisation pour changer aussi le « deck » (la planche) pour passer sur la rolls des skates électriques: une grande Vanguard en flex 1.

Ce setup est vraiment un plaisir à rider… la planche est longue, souple, permet de filtrer un peu les aspérités de la route mais surtout permet une relance exceptionnelle en fin de virage (on rebondit sur la planche justement) et c’est un véritable coup de coeur pour moi. Par contre, elle est souple, et ça ne marche pas bien avec ma batterie qui est très (trop) grande et rigide. J’ai donc longtemps hésité à changer le setup…

Fracture du bras

Suite à une vilaine chute (presque à l’arrêt), je me suis fracturé le coude fin Octobre. Un coup dur qui m’a violement arrêté dans mes sorties e-skate… et qui m’a permis aussi de me poser un peu pour réfléchir à la suite, à ce que j’allais faire de mon setup. J’ai pris la décission de remonter l’ensemble du setup « dual » sur l’ancienne planche Drop Race.

e-skate

J’ai aussi acheté un boitier sur http://diyelectricskateboard.com/ pour protéger la batterie. Super pratique. Le setup est donc très très puissant, et beaucoup plus maniable que le setup à base de Vanguard. Une vrai petite fusée… Et la planche est suffisement rigide pour ne pas risquer d’endommager la batterie.

C’est donc un setup magique, ultra puissant & passe partout : les roues en 90mm de diamètre sont très confortables sur des terrains pas bien lisses.

La suite (et les futurs modèles)

Vous le verrez sur les réseaux sociaux dans quelques jours, je vais recevoir une planche magnifique, en dual elle aussi et complètement équipée par une star-up parisienne : il s’agit de l’Unikboards Dual, un produit dont j’aurai forcément l’occasion de vous en faire plusieurs articles ici.

L’arrivée de cette Unikboards, la migration du setup sur ma « petite » Drop Race et le fait que ma superbe Vanguard est actuellement sans moteur me fait encore une fois réfléchir à ce que je vais faire plus tard avec tout ce matériel. L’hypothèse numéro 1 est:

  • d’avoir l’Unikboards Dual comme planche pour la vie de tous les jours (fiable et ultra polyvalente)
  • garder la Vanguard et y mettre un setup ressemblant à celui de la Drop Race (dual moteur) mais avec une batterie plus courte et souple, afin de profiter du flex de la planche. J’ai déjà acheté certains éléments (trucks Ronin Cast) histoire de commencer progressivement l’assemblage de cette merveille.
  • Pour terminer, je risque de vendre le setup Drop Race à quelqu’un qui souhaite se lancer dans le monde du e-skate avec une planche complète et déjà réglée et assemblée, vu que je n’aurai pas besoin de 3 planches en même temps (et surement besoin d’un peu de cash pour continuer sur la Vanguard).

Bref, voila où j’en suis, et n’hésitez pas à poser toutes vos questions dans les commentaires en dessous !

Cet article Où en suis-je de mes constructions de e-skate ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/mes-constructions-e-skate/feed/ 0 14267
Mes meilleurs wallpapers HD pour smartphones & tablettes (fin 2016) http://www.blablahightech.fr/2016/12/meilleurs-wallpapers-hd-smartphones-tablettes-fin-2016/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/meilleurs-wallpapers-hd-smartphones-tablettes-fin-2016/#comments Sun, 18 Dec 2016 08:38:12 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14060 Régulièrement je vous donne en vrac tous les wallpapers que je possède sur toutes mes machines. Il s’agit de wallpapers HD pour smartphones & tablettes mais qui iront parfaitement aussi sur...

Cet article Mes meilleurs wallpapers HD pour smartphones & tablettes (fin 2016) est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Régulièrement je vous donne en vrac tous les wallpapers que je possède sur toutes mes machines. Il s’agit de wallpapers HD pour smartphones & tablettes mais qui iront parfaitement aussi sur ordinateur. Pour gérer tout ça, j’ai stocké ces wallpapers sur mon NAS et le répertoire est synchronisé en permanence avec mes appareils, histoire de toujours avoir tous les fonds d’écrans dispos, sur toutes les machines. Super pratique à gérer. Attention, l’article comporte plus de 150 images, donc laissez le temps à votre ordinateur de charger tout ça 🙂

 Wallpapers HD pour ordinateur & tablette

Ces wallpapers HD sont adaptés au format paysage de nos ordinateurs, et fonctionnent très bien sur tablette également. Quels sont vos préférés ?

 

 

Smartphones

Maintenant voici une série de wallpapers en format portrait ou carré pour la plupart, je les préfère sur smartphone globalement !