BLABLA HIGH-TECH http://www.blablahightech.fr Posez vous ici, et prenez un café ! Sun, 15 Jan 2017 15:14:25 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7.1 77704518 Imprimante 3D Dagoma DiscoEasy 200 : le test http://www.blablahightech.fr/2017/01/imprimante-3d-dagoma-discoeasy-200-le-test/ http://www.blablahightech.fr/2017/01/imprimante-3d-dagoma-discoeasy-200-le-test/#comments Wed, 11 Jan 2017 09:42:28 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14352 Depuis que je suis dans le monde des drones & des skates électriques, je ne rêve que d’une chose : avoir une imprimante 3D à la maison pour imprimer toutes...

Cet article Imprimante 3D Dagoma DiscoEasy 200 : le test est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Depuis que je suis dans le monde des drones & des skates électriques, je ne rêve que d’une chose : avoir une imprimante 3D à la maison pour imprimer toutes sortes de choses. C’est chose faite depuis fin décembre, j’ai une Dagoma DiscoEasy 200 à la maison ! Il s’agit d’une petite imprimante française à 299€, parfaite pour découvrir cet univers et se faire plaisir !

Présentation

Pour faire simple, Dagoma propose depuis quelques années (ce ne sont pas des débutants, loin de la) des solutions d’imprimantes 3D à petit prix, à monter soi même et facile à l’entretien : chaque pièce peut être changé facilement, imprimé directement sur une imprimante 3D pour les pièces de structure, et tout cela avec un SAV français ! Les premiers kits commencent à 299€, tout est fourni dans un petit carton tout joli, et il faut compter ensuite entre 2 et 5h de montage et de réglage pour que tout fonctionne.

On peut faire quoi avec ? Et bien c’est tout simple : imprimer n’importe quelle pièce à la géométrie simple ou compliquée, du moment qu’elle ne dépasse 200 x 200 x 200 mm. Le matériau principal de la Dagoma DiscoEasy 200 est le PLA, un plastique biodégradable et « moins nocif » pour la planète que ses petits copains en ABS. Il est aussi possible d’imprimer avec des filaments souples (pour des coques de smartphones par ex) ou des filaments « bois » ou même avec des particules de métal à l’intérieur… yen a pour tous les goûts !

Le principe de Dagoma avec sa DiscoEasy 200 est de proposer une imprimante 3D « grand public » , on charge son fichier 3D, on appuit sur « print » et on revient quelques heures après pour voir le résultat de l’impression (oui quelques heures, les gros objets peuvent prendre jusqu’à 24h d’impression, les plus petits ne prenant que quelques minutes !).

L’imprimante utilise un consommable (ici c’est pas des cartouches…) : il s’agit de rouleaux de fil en plastique, qu’on paie entre 25 et 40 € la bobine. Avec 1 bobine il est possible d’imprimer des dizaines d’objets (pendant ce test, j’ai dépensé 1 seule bobine…), et donc les objets reviennent au final à quelques € chacun, une broutille quand on voit comment ça peut nous aider !

Petite particularité de Dagoma, la plupart des pièces de l’imprimante sont imprimées, par des Dagoma justement ! Les Dagoma se reproduisent donc presque toutes seules !

Déballage et montage

J’ai fait une petite vidéo sympa pour vous montrer les phases principales depuis le déballage du carton jusqu’à l’assemblage final. C’est tout simple, et je me suis aidé d’une video qui explique exactement comment s’y prendre. Finalement c’est un gros LEGO géant, avec quelques fils électriques à brancher à la fin.

Aucune difficulté particulière, le montage est bien utile car il permet à chacun de comprendre à quoi sert tel ou tel élément. Ce sera pratique le jour où on voudra faire évoluer la Dagoma DiscoEasy 200 et lui donner des « supers pouvoirs » (oui on peut la faire évoluer…). De mon côté, une erreur de montage dans les courroies m’a fait rater mes 2 premières impressions, et c’est vite rentré dans l’ordre quand je le suis aperçu de mon erreur.

Au chapitre des outils à utiliser, rien de bien nécessaire à part un tournevis plat & long. Les clés 6 pans sont fournies par Dagoma dans la boite.

Une fois le montage effectué, on passe aux premiers réglages. Une fois de plus, Dagoma a bien pensé les choses en proposant un tuto directement depuis une application mac ou pc : il faudra donc avoir un ordinateur portable proche de l’imprimante pour réaliser ce premier réglage de « planéité du plateau » et réglage de la première couche. L’imprimante d’ailleurs commence à imprimer votre premier objet à ce moment là, et c’est la magie de l’impression 3D qui s’offre à vous : voir l’objet se créer sous vos yeux est un peu magique !

Ensuite, on recommande de tout de suite imprimer un petit badge / porte clé Dagoma, histoire de voir que tout va bien chez vous. C’est l’occasion de découvrir Cura by Dagoma, le logiciel qui permettra d’importer un modèle 3D récupéré sur internet, et de l’imprimer chez vous : il va créer le programme d’usinage (les trajectoires de la tête d’impression) et régler les petits détails comme la température de chauffe de l’imprimante, le niveau de détail souhaité etc.

Ce logiciel est d’une simplicité incroyable et fonctionne vraiment bien pour moi. Au chapitre des satisfactions, il indique en temps réel (au fur & à mesure que tu l’utilises) le temps d’impression : il est ainsi possible de voir l’influence de tel ou tel paramètre sur le temps au final nécessaire pour l’impression, mais aussi le nombre de gramme de plastique nécessaire. Top !

Il permet aussi de voir un aperçu de la pièce et des façons dont elle sera imprimée, on peut aussi changer l’échelle de la pièce à la volée (imprimer une figurine en tout petit pour voir …), ajouter d’autres pièces à imprimer en même temps que la première. Bref, c’est THE couteau suisse, qui marche bien, efficace et très facile d’utilisation pour débuter.

Les premières impressions avec la Dagoma DiscoEasy 200

On conseille en général d’utiliser ses premières impressions pour se fabriquer un petit dérouleur de fil pour l’imprimante. En effet celle ci n’est pas livrée avec mais Dagoma livre un modèle 3D pour celle ci, histoire d’imprimer son premier objet « utile » et c’est cela que j’adore avec l’impression 3D en général…. La seule limite à l’impression 3D est finalement notre imagination et notre sens de la conception !

Une fois ce support de bobine imprimé et installé, il sera possible de se lancer dans d’autres impressions plus ou moins utiles. Personnellement, j’ai utilisé mes premiers grammes de PLA pour imprimer des petites figurines et voir un peu la précision possible avec cette Dagoma DiscoEasy 200. Je vous donne d’ailleurs un aperçu de mes premiers prints :

Une fois ces premières impressions réalisées, c’est maintenant le moment de … concevoir ses propres pièces, ou d’aller les récupérer directement sur des banques d’objets en ligne !

Des exemples d’impressions 3D

Maintenant que vous connaissez la base, le « comment ça marche », et bien il est temps de vous laisser imaginer la puissance de ce genre d’appareil. Attention, tout ceci n’a pas forcément été imprimé par une Dagoma, mais ça peut vous donner des idées. Pour trouver ces modèles, rien de plus simple: aller sur Thingiverse , Cults3D , Pinshape etc…

On commence par des trucs utiles pour la maison….

D’autres trucs utiles pour la tech ou le bureau :

Des trucs utiles pour les bricoleurs

Des jouets pour les enfants (ou pour vous)

De la déco

Vous en voulez plus ? Je vous encourage à suivre mon compte instagram si vous voulez voir les impressions que je réalise… Je publie des photos mais aussi pas mal d’exemples dans mes « stories » !

Les bonus

L’idée existe depuis quelques temps, et je trouve ça super top : Dagoma commercialise des « box » qui permettent d’imprimer soi même une partie d’un objet, et d’utiliser les pièces détachées fournies dans la box pour terminer l’objet : par exemple il sera possible d’imprimer et de faire fonctionner une petite enceinte bluetooth, un skate, ou même un petit robot. Là où l’idée est encore plus intéressante c’est que ces box sont issues de la communauté, et que Dagoma reverse quasiment tous les bénéfices réalisés à leur créateur. Les personnes étant super créatives peuvent donc proposer des idées et des réalisations & être rémunérées ensuite !

Pour terminer, j’aimerai dire quelques mois du SAV. Avant de me lancer dans cette aventure avec Dagoma, j’ai entendu que du bien du SAV, qui est réactif et qui sait rapidement identifier les problèmes à distance. De même, la communauté autour des imprimantes Dagoma étant assez grande, il est possible d’avoir facilement de l’aide sur les forums francophones sur l’impression 3D. Par contre, parlant de mon cas personnel, j’ai eu un souci avec l’imprimante pendant mon test (un fil dessoudé au niveau de la tête d’impression) et l’imprimante s’est arrêtée de fonctionner directement. J’ai suivi la procédure normale, laissé un message au service client un mercredi soir, et j’ai eu rapidement quelqu’un au téléphone et qui m’a tout de suite diagnostiqué la panne et m’a proposé plusieurs solutions de réparation. Le SAV est quelque chose de très important je pense, quand il s’agit d’impression 3D (ya toujours des petits soucis…) et Dagoma étant en France gagne tout de suite des points.

Conclusion sur la Dagoma DiscoEasy 200

J’adore le concept, j’adore cette machine, et j’ai envie de vous dire que la seule limite à l’utilisation de cette machine c’est votre imagination… C’est un peu le résumé de mon avis sur cette Dagoma DiscoEasy 200.  C’est un outil qui va énormément m’aider dans les prochains mois dans la fabrication de pièces pour mes skates, mais aussi pour faire tous pleins d’ustensiles pour la maison, de la déco, des petits objets pratique en voiture, dans le garage… bref, j’adore les nouvelles possibilité offertes par ce genre de procédé de fabrication.

La DiscoEasy 200 porte bien son nom, elle est plutôt facile à utiliser et elle est simple et fonctionnelle. J’espère juste qu’elle durera longtemps et que je pourrai m’en servir « à fond » pendant encore plusieurs mois ou années ! Dagoma, on compte sur toi, ne nous déçoit pas sur le SAV ! 🙂

Vous souhaitez acheter une Dagoma et avoir une bobine gratuite en étant mon « filleul » ? Contactez moi et je vous donnerai mon adresse email à entrer dans le champ adapté !

Cet article Imprimante 3D Dagoma DiscoEasy 200 : le test est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2017/01/imprimante-3d-dagoma-discoeasy-200-le-test/feed/ 4 14352
Montage de l’imprimante 3D DiscoEasy 200 de Dagoma http://www.blablahightech.fr/2016/12/montage-de-limprimante-3d-dagoma-discoeasy-200/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/montage-de-limprimante-3d-dagoma-discoeasy-200/#comments Fri, 23 Dec 2016 13:18:30 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14056 Mon petit cadeau de Noël personnel, cette année, c’est une imprimante 3D, fabriquée par Dagoma (français !!!) et qui se vend en kit pour 300€. Voici une petite vidéo (accélérée)...

Cet article Montage de l’imprimante 3D DiscoEasy 200 de Dagoma est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Mon petit cadeau de Noël personnel, cette année, c’est une imprimante 3D, fabriquée par Dagoma (français !!!) et qui se vend en kit pour 300€. Voici une petite vidéo (accélérée) qui illustre la facilité d’assembler soi même cette DiscoEasy 200 !

Dagoma et la DiscoEasy 200

Dagoma est une entreprise Française qui commercialise des imprimantes 3D un peu spéciales. Elles sont tout d’abord très peu chères (300€) et ont la particularité d’être « imprimée » par des imprimantes 3D. Elles se reproduisent ! De plus, la communauté derrière cette marque est impressionnante et des modifications des imprimantes sont proposées par des particuliers mais aussi par la marque (ajout d’un écran LCD…). Bref, je vous donnerai plus d’info sur Dagoma dans le test de la DiscoEasy 200 !

DiscoEasy 200

Cette DiscoEasy 200 est l’évolution de la Discovery 200, et se caractérise par son petit prix (300€ en kit), sa grande polyvalence et sa précision qui est plutôt intéressante pour un produit de ce prix. Sa version en kit arrive dans un minuscule carton (mais lourd) et nécessite environ 1/2 journée d’assemblage si vous êtes seul. Les notices sont claires (en ligne) et détaillés (avec des videos). Personnellement, n’étant pas quelqu’un de très bricoleur, il m’a fallu environ 4h de montage, en suivant uniquement 2 videos YouTube. Pas de difficulté majeure au niveau de l’assemblage si ce n’est parfois certains jeux entre 2 pièces un peu serrer, et il m’a fallut un peu « pousser » parfois.

Pour terminer, aucun outil spécifique est nécessaire, seulement un tournevis cruciforme et un tournevis plat de petite taille.

La video

Evidemment, c’est accéléré. Le contenu de cette video n’est pas si important, c’est uniquement pour montrer les grandes étapes de l’assemblage de la DiscoEasy 200 : rien de bien compliqué, une personne seule peut y arriver.

Attention cependant sur l’assemblage de certains éléments : j’ai une formation d’ingénieur et malgré ça il m’est arrivé de faire une erreur au niveau des courroies. Pas de problème, les erreurs qu’on peut faire ne sont pas irrémédiables, il est toujours possible de démonter puis remonter dans le bon sens !

Le résultat

J’ai monté l’imprimante hier après midi, hier soir j’ai réalisé mes premières impressions (presque ratées) à cause de mon erreur dans l’assemblage des courroies (pas assez tendues). Du coup ce matin, tout est rentré dans l’ordre et j’imprime des petites objets sympas !

DiscoEasy 200

Ma première impression fut le fameux badge / porte clé Dagoma :

DiscoEasy 200

Ma deuxième impression est un dérouleur de filament, super pratique :

DiscoEasy 200

L’embase est fixe et la pièce supérieure vient se coincer dans la bobine de filament…

DiscoEasy 200

La suite est sur les réseaux sociaux et dans le test de cette DiscoEasy 200 !!

Cet article Montage de l’imprimante 3D DiscoEasy 200 de Dagoma est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/montage-de-limprimante-3d-dagoma-discoeasy-200/feed/ 7 14056
Déballage de l’UNiK PRO, e-skate français ultime http://www.blablahightech.fr/2016/12/deballage-unik-pro-unikoards/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/deballage-unik-pro-unikoards/#comments Wed, 21 Dec 2016 17:04:10 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14050 J’ai déjà publié plusieurs articles sur l’entreprise lancée il y a quelques mois par UnikBoards, jeune start-up parisienne qui se lance dans le skate électrique haut de gamme et dans...

Cet article Déballage de l’UNiK PRO, e-skate français ultime est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
J’ai déjà publié plusieurs articles sur l’entreprise lancée il y a quelques mois par UnikBoards, jeune start-up parisienne qui se lance dans le skate électrique haut de gamme et dans la mouvance DIY (Do-It-Yourself). Présentation en photos de leur premier modèle (et surement pas le dernier…) : l’UNiK PRO.

Un peu d’histoire sur UnikBoards

Si vous ne souhaitez pas lire les précédents articles que j’ai écris sur le sujet, je vous fait un résumé en quelques mots : Unikboards est une entreprise lancée par 3 parisiens, fans de skate & skate électrique, et qui ont fabriqué pendant quelques années leurs planches… jusqu’au jour où ils se sont lancés dans l’aventure et on créé le premier skateshop français spécialisé dans les pièces pour skate/longboards électriques. En quelques semaines ils ont eu l’idée, en quelques mois ils ont créé un prototype qu’ils ont martyrisé pendant des centaines de kilomètres et en octobre leur shop à ouvert et à reçu leurs premières commandes. Je fus un des premiers à me lancer sur un « pack complet », car je crois énormément à leur projet. Cet achat, je l’espère, contribuera au lancement d’une marque française pérenne qui permettra à tout le monde d’assembler soi-même son skate électrique, en passant par un shop français (et donc sans douane, frais de ports exorbitants etc…) et avec un SAV proche de chez nous.

UNiK PRO

Nous sommes fin décembre et les premières livraisons des planches UnikBoards sont faites. Il s’est passé forcément un peu de temps entre la sortie « théorique » et la sortie effective des produits, mais c’est un peu normal, j’ai envie de dire… Quand on lance un produit de ce type, il est très dur d’avoir un planning robuste du premier coup. Par contre, chose exceptionnelle, UnikBoards a profité de ces retards de livraison pour améliorer et ajouter des éléments au e-skate initial. De nouvelles pièces exclusives ont été ajoutées, sans prix supplémentaire. Chapeau !

De plus, UnikBoards communique avec ses clients régulièrement par newsletter, mais aussi à ses fans par l’intermédiaire du forum www.e-sk8.fr et on apprend déjà que la gamme va s’agrandir en 2017, avec l’arrivée de nouvelles pièces.

UNiK PRO

Les specs de l’UNiK PRO

Comme on peut le faire sur des tests de produits high-tech, les skates électriques répondent à certains critères importants : batterie & moteur sont les principales choses à regarder, mais on peut aussi s’intéresser à la transmission, aux roues & trucks, au deck (la planche), la télécommande… Voici donc les specs de cette UNiK PRO (dual moteur).

  • Planche courte et fabriquée en France par un atelier spécialisé (un vrai artisan comme on aime). Elle est éco-friendly, faite à la main, et gravée au laser… Une pièce magnifique, qui sera extrêmement maniable et réactive.
  • Roues Orangatang Kegel, les fameuses roues des planches Boosted Boards. Super accroche dans les virages, et très rapides !
  • Trucks Caliber II à 50°, la référence pour les planches de descente. Très stables à haute vitesse !
  • Batterie 10S3P de 7500mAh, munie d’un BMS. Elle est ultra slim et permet environ 30 km d’autonomie, et se recharge en quelques heures !
  • 2 moteurs Polaris 190kv en 6355. Ces moteurs sont capables de délivrer chacun 2400 W environ !! Je vous laisse imaginer la puissance de 2 moteurs comme ceux la sur 1 seul petit skate léger…
  • Transmission par poulies/courroie, avec ratio de 15/32 (15 dents coté moteur, 32 coté roue)
  • La transmission est une pièce d’orfèvrerie made in UnikBoards, c’est la pièce maitresse de cette planche clairement. Elle est en aluminium anodisé, et le concept mécanique propose une robustesse et longévité bien meilleure que tous les concurrents…
  • VESC 4.12 (cartes électroniques qui pilotent les moteurs)
  • Roulements Red Bones
  • Télécommande sans fil, pilotée au pouce
  • Grip Vicious extra grain, le meilleur qui existe tout simplement

Un point important à signaler : ici la planche est livrée « assemblée » mais cela est une exception vu que c’est un des premiers modèles livrés. En pratique, la planche UNiK PRO sera livrée à assembler (1h de travail max), et aucun outil « exotique » ne sera nécessaire : tournevis et clé plate devraient largement suffire !

Le déballage de l’UNiK PRO

Ce matin, le facteur est passé et m’a laissé un petit colis… je vous laisse découvrir le contenu. Place à l’UNiK PRO !

Pour une planche issue du « Do It Yourself » je peux vous assurer que ce produit est clairement un peu fou… Les finitions, les fonctionnalités, et les performances sont complètement folles.

Mention spéciale à UnikBoards pour la conception de certaines pièces uniques (qui n’existaient pas jusqu’à aujourd’hui) : le mount, le riser, le driver pour les roues Kegel… On a vraiment un produit unique que personne (ou presque) ne possède actuellement.

Vous l’avez remarqué, une petite télécommande au pouce est fournie (un chargeur aussi, qui n’apparait pas sur les photos ici). La télécommande se recharge en USB (top) et possède un cruise control, qui permet de maintenir une certaine vitesse. Il me tarde donc de tester tout ça, je vous retrouve sur les réseaux sociaux pour avoir mon feedback en live, dans les prochains jours !

En attendant n’hésitez pas à aller voir le site d’UnikBoards, des pièces sont ajoutées régulièrement à leur catalogue.

Cet article Déballage de l’UNiK PRO, e-skate français ultime est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/deballage-unik-pro-unikoards/feed/ 2 14050
Où en suis-je de mes constructions de e-skate ? http://www.blablahightech.fr/2016/12/mes-constructions-e-skate/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/mes-constructions-e-skate/#respond Mon, 19 Dec 2016 11:20:53 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14267 J’ai déjà écris quelques articles sur les skates électriques, et j’ai d’ailleurs pas mal modifié/reconfiguré mes premiers modèles de e-skate. Il est donc l’heure de faire un petit bilan, sur...

Cet article Où en suis-je de mes constructions de e-skate ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
J’ai déjà écris quelques articles sur les skates électriques, et j’ai d’ailleurs pas mal modifié/reconfiguré mes premiers modèles de e-skate. Il est donc l’heure de faire un petit bilan, sur ce qui roule chez moi actuellement.

A l’origine de tout

Mon premier setup, c’était une planche Drop Race achetée chez Décathlon, adaptée pour la descente. C’est une planche très rigide, plutôt courte, et qui m’a permi de faire mes gammes en longboard « manuel » (sans moteur) puis avec un premier moteur. Elle a une forme très intéressante qui permet un controle parfait à haute vitesse.

J’avais acheté un petit set de pièces chez http://diyelectricskateboard.com/ pour créer un ensemble adapté aux débutants.

Ce setup marche très fort (très bonne vitesse de pointe) mais pas forcément très sécurisant au niveau du freinage (une seule courroie, un seul moteur qui freine). De plus, une erreur de montage a peut être endommagé mon moteur. Suite à pas mal de reflexions, j’ai finalement fini par vendre le moteur, trucks, mount et roues, pour passer à la V2 de ma planche.

L’arrivée du e-skate Dual

Je suis de nouveau passé par http://diyelectricskateboard.com/ pour m’approvisionner en pièces avec une approche différente cette fois ci : je voulais tester une planche avec 2 moteurs (2 fois plus de puissance de freinage, et capable de monter bien plus fort), avec des roues de plus grand diamètre. Ce nouveau setup est plus puissant que le premier, mais l’autonomie en prend un coup… Par contre, niveau freinage et accélération, c’est une fusée.

J’ai profité justement de ce changement de motorisation pour changer aussi le « deck » (la planche) pour passer sur la rolls des skates électriques: une grande Vanguard en flex 1.

Ce setup est vraiment un plaisir à rider… la planche est longue, souple, permet de filtrer un peu les aspérités de la route mais surtout permet une relance exceptionnelle en fin de virage (on rebondit sur la planche justement) et c’est un véritable coup de coeur pour moi. Par contre, elle est souple, et ça ne marche pas bien avec ma batterie qui est très (trop) grande et rigide. J’ai donc longtemps hésité à changer le setup…

Fracture du bras

Suite à une vilaine chute (presque à l’arrêt), je me suis fracturé le coude fin Octobre. Un coup dur qui m’a violement arrêté dans mes sorties e-skate… et qui m’a permis aussi de me poser un peu pour réfléchir à la suite, à ce que j’allais faire de mon setup. J’ai pris la décission de remonter l’ensemble du setup « dual » sur l’ancienne planche Drop Race.

e-skate

J’ai aussi acheté un boitier sur http://diyelectricskateboard.com/ pour protéger la batterie. Super pratique. Le setup est donc très très puissant, et beaucoup plus maniable que le setup à base de Vanguard. Une vrai petite fusée… Et la planche est suffisement rigide pour ne pas risquer d’endommager la batterie.

C’est donc un setup magique, ultra puissant & passe partout : les roues en 90mm de diamètre sont très confortables sur des terrains pas bien lisses.

La suite (et les futurs modèles)

Vous le verrez sur les réseaux sociaux dans quelques jours, je vais recevoir une planche magnifique, en dual elle aussi et complètement équipée par une star-up parisienne : il s’agit de l’Unikboards Dual, un produit dont j’aurai forcément l’occasion de vous en faire plusieurs articles ici.

L’arrivée de cette Unikboards, la migration du setup sur ma « petite » Drop Race et le fait que ma superbe Vanguard est actuellement sans moteur me fait encore une fois réfléchir à ce que je vais faire plus tard avec tout ce matériel. L’hypothèse numéro 1 est:

  • d’avoir l’Unikboards Dual comme planche pour la vie de tous les jours (fiable et ultra polyvalente)
  • garder la Vanguard et y mettre un setup ressemblant à celui de la Drop Race (dual moteur) mais avec une batterie plus courte et souple, afin de profiter du flex de la planche. J’ai déjà acheté certains éléments (trucks Ronin Cast) histoire de commencer progressivement l’assemblage de cette merveille.
  • Pour terminer, je risque de vendre le setup Drop Race à quelqu’un qui souhaite se lancer dans le monde du e-skate avec une planche complète et déjà réglée et assemblée, vu que je n’aurai pas besoin de 3 planches en même temps (et surement besoin d’un peu de cash pour continuer sur la Vanguard).

Bref, voila où j’en suis, et n’hésitez pas à poser toutes vos questions dans les commentaires en dessous !

Cet article Où en suis-je de mes constructions de e-skate ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/mes-constructions-e-skate/feed/ 0 14267
Mes meilleurs wallpapers HD pour smartphones & tablettes (fin 2016) http://www.blablahightech.fr/2016/12/meilleurs-wallpapers-hd-smartphones-tablettes-fin-2016/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/meilleurs-wallpapers-hd-smartphones-tablettes-fin-2016/#comments Sun, 18 Dec 2016 08:38:12 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=14060 Régulièrement je vous donne en vrac tous les wallpapers que je possède sur toutes mes machines. Il s’agit de wallpapers HD pour smartphones & tablettes mais qui iront parfaitement aussi sur...

Cet article Mes meilleurs wallpapers HD pour smartphones & tablettes (fin 2016) est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Régulièrement je vous donne en vrac tous les wallpapers que je possède sur toutes mes machines. Il s’agit de wallpapers HD pour smartphones & tablettes mais qui iront parfaitement aussi sur ordinateur. Pour gérer tout ça, j’ai stocké ces wallpapers sur mon NAS et le répertoire est synchronisé en permanence avec mes appareils, histoire de toujours avoir tous les fonds d’écrans dispos, sur toutes les machines. Super pratique à gérer. Attention, l’article comporte plus de 150 images, donc laissez le temps à votre ordinateur de charger tout ça 🙂

 Wallpapers HD pour ordinateur & tablette

Ces wallpapers HD sont adaptés au format paysage de nos ordinateurs, et fonctionnent très bien sur tablette également. Quels sont vos préférés ?

 

 

Smartphones

Maintenant voici une série de wallpapers en format portrait ou carré pour la plupart, je les préfère sur smartphone globalement !

 

Cet article Mes meilleurs wallpapers HD pour smartphones & tablettes (fin 2016) est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/meilleurs-wallpapers-hd-smartphones-tablettes-fin-2016/feed/ 1 14060
Logitech MX Anywhere 2 : le test http://www.blablahightech.fr/2016/12/logitech-mx-anywhere-2-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/logitech-mx-anywhere-2-test/#comments Wed, 14 Dec 2016 09:45:49 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13918 Après avoir testé la MX Master il y a quelques mois (et que j’avais déclaré comme la meilleure souris du moment), je me suis dis que j’allais acheter sa petite...

Cet article Logitech MX Anywhere 2 : le test est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Après avoir testé la MX Master il y a quelques mois (et que j’avais déclaré comme la meilleure souris du moment), je me suis dis que j’allais acheter sa petite soeur, histoire d’accompagner mon MacBook ou ma tablette sous Remix OS 3.0. Voici mon feedback sur cette Logitech MX Anywhere 2 !

Déballage de la Logitech MX Anywhere 2

Comme toujours avec les produits haut de gamme de Logitech, on a droit à un emballage plutôt sympa. Une boite relativement grosse (voir énorme), qui s’ouvre et se referme (avec un petit aimant intégré …) et qui présente bien le produit. On découvre donc en observant un peu la boite que la souris qu’elle est adaptée à toutes les surfaces, et qu’elle peut se connecter sur 3 appareils en même temps.

Elle est livrée avec un petit câble de charge et un dongle Logitech Unifying qui servira à tous les périphériques Logitech (si vous ne souhaitez pas utiliser le bluetooth…). La souris est donc munie d’une batterie, et une autonomie de 2 mois est annoncée (2h d’utilisation pour 1 minute de charge).

Mon avis après quelques semaines d’utilisation

Au niveau de l’esthétique de la souris Logitech MX Anywhere 2, on est sur les mêmes codes que sa grande soeur : un souris en plastique dur bleu foncé & gris, avec des surfaces latérales en plastique caoutchouteux pour un grip parfait. La molette est bien lourde et semble être métallique (à vérifier).

J’aime particulièrement les formes « lowpoly » des flancs latéraux, qui donnent à cette souris un coté moderne et plutôt classe. Sous le dessous, rien de bien spécifique si ce n’est un petit bouton & une LED qui permettra de switcher entre les différents appareils appairés (3). Le bouton est plutot facile à cliquer. On a ensuite 4 pads de glisse plutot petits, et un bouton ON/OFF accompagné d’un bouton d’appairage bluetooth.

Au niveau de l’ergonomie & des différents boutons, on retrouve donc les classiques clics droit & gauche, un clic milieu positionné bizarrement en dessous de la molette et 2 boutons pouces très bien positionnés. Je suis moyennement fan du « clic milieu » et j’aurai aimé le trouvé en clic molette. A la place, Logitech a préféré utiliser le clic molette pour basculer la molette en « roue libre » ou en « roue à cran ».

Les doigts tombent bien sur les différents boutons et la souris tient dans la main. Elle est quand même assez petite (donc pratique pour un ordinateur portable) et ne conviendra peut être pas à ceux qui aiment avoir une « grosse » souris bien en main.  Face à ma souris G502 pour le gaming, elle fait toute petite. Personnellement, outre le fait que le clic milieu tombe un peu mal pour moi, le reste me convient parfaitement pour une utilisation nomade de mes appareils. Je l’ai d’ailleurs appairée à mon MacBook, ma tablette Nexus 9 et mon hackintosh (juste pour tester, car sur celui ci je garde ma grosse souris).

Au niveau des différentes surfaces de travail, je l’ai testée sur différents bois, sur du verre, sur du papier mat ou brillant, aucun souci à chaque fois. La technologie employée par Logitech est vraiment bluffante je trouve !

Bref, au final, je l’apprécie bien, cette petite souris. Par contre, je trouve qu’elle fait un peu plus « cheap » que sa grande soeur, surtout sur les clics principaux qui me paraissent un peu léger. Espérons qu’elle dure dans le temps…

Elle est en vente sur Amazon pour une sommes proche de 50€, et bénéficie régulièrement de soldes. Si vous cherchez une petite souris compacte mais agréable à utiliser et bourrées de fonctionnalités, je vous la recommande !

Cet article Logitech MX Anywhere 2 : le test est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/logitech-mx-anywhere-2-test/feed/ 6 13918
J’imprime mes photos (presque) gratuitement (FreePrints) http://www.blablahightech.fr/2016/12/freeprints-imprimer-photos-gratuitement/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/freeprints-imprimer-photos-gratuitement/#comments Sat, 10 Dec 2016 13:04:05 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13920 Je suis tombé sur une pub online, qui indiquait qu’il était possible d’imprimer tous les mois 45 photos gratuitement et de se les faire livrer par courrier. J’ai voulu tenter...

Cet article J’imprime mes photos (presque) gratuitement (FreePrints) est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Je suis tombé sur une pub online, qui indiquait qu’il était possible d’imprimer tous les mois 45 photos gratuitement et de se les faire livrer par courrier. J’ai voulu tenter et voir ce que ça donnait… Voici mon test du service FreePrints !

FreePrints se présente sous la forme d’une application qu’on installe sur son smartphone, tablette (ou chromebook 🙂 ) et qui permettra de sélectionner différentes photos à faire imprimer. L’avantage de ce système est double : vous ne payer rien (en théorie), et l’application est suffisamment bien foutue pour aller chercher elle mêmes vos photos à imprimer, sur les réseaux sociaux ou vos services de photos favoris !

J’ai utilisé déjà le système plusieurs fois, pour des photos perso, pour des photos instagram, et j’ai même essayé leur service d’impression de livre photo… donc je pense que je dois pouvoir vous donner un petit aperçu de ce que j’en pense !

L’application à installer (Android ou iOS) est évidemment gratuite, et fonctionnera sur vos tablettes par la même occasion. A noter que moi j’ai installé l’application sur un Chromebook compatible avec les apps Android, histoire d’avoir plus de place pour travailler… Dès l’arrivée sur l’app on remarque le « slogan » du service qui indique 45 impressions gratuites par mois. Ok, c’est cool, je continue un peu plus loin dans l’application et on arrive sur une grosse mosaïque qui permet justement de choisir ses photos. C’est là la puissance du service je trouve : on ajoute 1 par 1 nos services Facebook, Instagram, Google Photos ou même Flickr et le service sera capable de sélectionner et de récupérer les photos que vous souhaiterez imprimer. Imaginez vous la puissance de Google Photos, qui réalise des albums photos de vos weekends à la volée, et comme par magie ils apparaissent directement dans l’interface d’impression.

L’idée est donc de faire une sélection des photos à imprimer, en passant sur les différents services. Un peu d’Instagram pour récupérer les photos du chat, un peu de Google Photos pour récupérer les photos du weekend dernière chez mémé, un peu de Facebook pour récupérer les photos de soirées les plus réussies. Ma petite astuce perso c’est que je fais tout le temps des albums Flickr de mes vacances d’été pour les partager avec la famille, et ici, comme par magie, j’ai aussi accès à Flickr et je retombe donc sur mes albums déjà tout prêts à être imprimés.

Une fois les photos sélectionnées, il sera possible de les éditer 1 par 1. Un outil très rudimentaire (mais efficace et très rapide) proposé par FreePrints permet de recadrer chaque photo, d’appliquer des rotations ou symétries, et de passer en noir & blanc. Il est aussi possible à ce moment la de choisir de changer les dimensions de la photos (passer sur du A4 par ex…). Une fois ces retouches terminées, une simple fenêtre permet de donner son adresse, son moyen de paiement et de valider la commande. C’est HYPER RAPIDE et permet de réaliser une tâche parfois un peu chiante (le dépouillement des photos de vacances…) en quelques minutes seulement.

Ensuite le service se charge de récupérer les photos, d’appliquer les modifications demandées et d’imprimer tout cela. J’ai reçu à chaque fois une fourchette concernant la durée d’impression et de livraison, qui s’est toujours avérée exacte. On reçoit donc ses impressions sous 5 à 10 jours environ, dans une belle petite enveloppe…

Il faut cependant parler du tarif : le slogan de FreePrints donne 45 impressions gratuites par mois et cela est vrai : on ne paie pas l’impression ni le papier… mais on paie les frais de port ! Plus on imprime de photos et plus on paiera pour se faire livrer ces photos. Ya pas de magie évidemment ! Pour info, les frais les plus petits sont 1.99€ (pour un petit nombre de photos) jusqu’à 7,99€ pour un gros paquet ! Ca reste cependant pas cher par rapport à d’autres services concurrents. A chaque fois que vous changerez le format du papier, ou que vous ajouterez plus de 45 photos à vos travaux d’impression, l’application vous préviendra du tarif appliqué. C’est clair et sans surprise à la fin…

Au niveau du résultat, je peux dire que je suis satisfait. Il ne s’agit pas du meilleur papier au monde, ni même de la meilleure qualité d’impression qu’il existe, mais c’est largement suffisant pour être accroché sur un frigo ou pour décorer le cahier de texte de ses enfants. On a un rendu des couleurs tout à fait correct par rapport aux originaux et on pourrait peut être juste reprocher aux impression le manque de précision (qui provient aussi peut être du service sur lequel vous prélevez les photos…)

En définitive, je suis parfaitement satisfait par ce service, basé sur une application efficace et un service de bonne qualité. Certes la qualité d’impression n’est pas la meilleure au monde, mais je préfère 100 fois avoir quelques impressions « papier » de mes photos plutôt que de les stocker au fond d’un disque dur et de ne jamais les ressortir…

Bonus : le livre photo FreePrints PhotoBooks

Sur le même principe que FreePrints, on peut aussi imprimer 1 livre photos de 20 pages, gratuitement, chaque mois. Encore une fois cela passe par une application très efficace et bien pensée (FreePrints PhotoBooks sur Android & iOS) qui ira chercher vos photos sur les différents réseaux sociaux ou appareils (il est possible évidemment de prendre les photos stockées en local sur la machine).

La mise en page du livre se fait de façon très intuitive, avec différents choix de couleurs, de positionnement des photos mais aussi des titres et des pages intermédiaires. Honnêtement, j’ai retrouvé ici une facilité proche de ce que j’avais pu faire sur mon mac avec iPhoto et son module pour créer des livres photos. c’est beau et efficace, et comme toujours ça permet d’aller vite dans la « corvée » du tri et de l’impression des photos de vacances.

Du coup, j’ai décidé que chaque mois j’allais m’imprimer un livre… ça me forcera à faire du tri, et à être régulier sur la création des livres photos de mes vacances passées. De plus, un livre de 20 pages oblige finalement à être assez succinct et à ne sélectionner que les meilleurs photos (il est aussi possible d’ajouter des pages, de changer le format du livre, en ajouter quelques € à chaque fois évidemment).

Alors, vous allez tenter l’expérience ? quel est le service que vous utilisez vous, pour imprimer des photos sur papier ou livre photo ?

Cet article J’imprime mes photos (presque) gratuitement (FreePrints) est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/freeprints-imprimer-photos-gratuitement/feed/ 5 13920
Routeur Netgear X4S R7800 Nighthawk : très bon partout http://www.blablahightech.fr/2016/12/routeur-netgear-x4s-r7800-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/routeur-netgear-x4s-r7800-test/#respond Thu, 08 Dec 2016 15:49:12 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13838 J’ai longtemps vécu avec le routeur fourni par mon opérateur téléphonique. Puis j’ai investi dans un nouveau routeur (Time Capsule) pour avoir un meilleur wifi… et puis j’ai découvert encore...

Cet article Routeur Netgear X4S R7800 Nighthawk : très bon partout est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
J’ai longtemps vécu avec le routeur fourni par mon opérateur téléphonique. Puis j’ai investi dans un nouveau routeur (Time Capsule) pour avoir un meilleur wifi… et puis j’ai découvert encore mieux : le routeur wifi Netgear X4S. Voici mon avis sur ce routeur au look travaillé.

C’est bien connu que très peu de box opérateur sont efficaces sur la gestion du réseau à domicile, plus particulièrement quand tu commences à avoir de la domotique, beaucoup d’appareils en wifi, et des profils de matériel un peu spécifiques. Les utilisateurs exigeants auront donc tout intérêt à changer leur routeur par un modèle plus puissant et qui propose des fonctions plus poussées que la box de base (ça permet aussi de changer d’opérateur facilement, sans devoir refaire entièrement son paramétrage réseau du domicile).

Présentation du routeur Netgear X4S R7800 Nighthawk

On passera assez vite sur l’esthétique de la boite et des performances hardwares. Il s’agit d’un routeur assez imposant et muni d’un processeur très puissant, qui permettra de gérer de multiples sollicitations en parallèle. Il est d’ailleurs très orienté « jeux en ligne » et il est optimisé pour avoir le moins de lag possible et de gérer intelligemment les sollicitations. On peut noter dans les specs principales de ce routeur qui propose du wifi 802.11ac Dual Band, une bande passante de 160 MHz et il exploite les technologies MIMO et Quad Stream, on verra plus tard si cela se ressent bien ou si c’est uniquement des termes marketing.

Le routeur Netgear X4S se présente sous une forme plutôt jolie, un boitier noir mat aux angles bien marqués, qui rappellera surement un avion furtif (F117). Je suis particulièrement sensible à ce design perso…

Il faudra lui ajouter ses 4 antennes nécessaires pour avoir un signal puissant et un niveau de bruit faible. Attention, les antennes étant de taille imposantes, il faudra prévoir un espace conséquent pour installer ce Netgear X4S. Attention aussi, il a tendance a rapidement se salir, les différents trous sont des pièges à poussière, il faudra y passer un petit coup d’aspirateur de temps en temps…

Sa taille imposante lui permet de proposer pas mal de ports de connexion : on a 5 prises ethernet sur l’arrière, 2 prises USB 3.0 sur un coté, mais aussi une prise eSATA pour y brancher un petit disque dur (stockage, serveur plex…). Les ports sont plutôt accessibles, rien à noter la dessus.

Sur la face supérieure, on trouve un tableau de port avec de multiples LEDs qui indiquent le statut du routeur et de ses différents ports. Les LEDs sont blanches, et plutôt puissantes. Il sera possible de les éteindre via le panneau de configuration évidemment, ou en passant par un petit switch à l’arrière du routeur.

Globalement, je trouve le look de ce routeur Netgear X4X réussi, et ses finitions et qualité de fabrication me semblent très correctes. De plus il fait très « solide » en main, un peu comme les produits Netgear en général.

Configuration

La première configuration du routeur se passe vraiment sans encombre. On aura le choix de passer par une configuration « web » ou d’installer un petit client mac/pc appelé « genie » qui permettra de faciliter l’installation et les premiers réglages (d’ailleurs ce logiciel est un poil capricieux, j’ai préféré passer tout le temps par l’interface web).

Je ne rentrerai pas dans les détails de cette configuration mais il faut compter seulement quelques minutes pour avoir quelque chose de fonctionnel. Les différents modes de routeur sont disponibles (mode pont, etc…) et les options qu’on attend d’un routeur sont forcément présentes (NAT, DNS, etc…).

Je vais justement vous mettre pleins de screenshoots de l’interface principale de configuration afin que vous puissiez vous faire une idée des capacités :

L’interface est plutôt claire même si elle pourrait être améliorée. On peut pas dire que ce soit un modèle d’ergonomie ou de design mais elle a l’avantage d’être ultra complète et permettra de paramétrer 100% des fonctions du routeur. Des fonctions additionnelles comme le control parental sont accessibles aussi, mais là aussi l’ergonomie est clairement pas au top pour permettre une utilisation agréable…

Une application Android (et surement iOS) existe aussi, et propose des fonctions basiques mais plutôt pratiques:

A noter que ce Netgear X4S est assez puissant pour héberger un serveur Plex ; étant déjà bien équipé (NAS + Nvidia Shield TV) je n’ai pas encore pu tester ce serveur NAS, mais ce sera peut être l’objet d’un article supplémentaire.

Performances

Arrive maintenant le moment fatidique de ce test : est ce que ce routeur ultra séduisant sur le papier est réellement une bête de course ? Est ce qu’il remplacera avec facilité mon Apple AirPort Time Capsule qui est réputé pour sa performance en wifi ? Est ce qu’il explosera ma Livebox Play réputée pour …. heu… pour rien du tout en fait. C’est une merde cette Livebox Play.

La réponse est rapide (désolé pour le suspense) : OUI, un grand oui. Je m’explique :

  • les réseaux wifi de la maison, surchargés par mes propres appareils connectés (j’en ai vraiment beaucoup… entre les stations météos, caméra de surveillance, etc…) et par les réseaux wifi des voisins se sont retrouvés boostés. Les débit sont plus importants, les niveaux de bruit plus bas, et la couverture meilleure, même en changeant d’étage. Rien que pour ce boost de wifi, le contrat est rempli.

L’appli ci dessus montre ma livebox & le Netgear Z4X cote à cote… c’est sans appel pour le réseau « DCRI Surveillance » de la box (comparez les 5Ghz avec les 5Ghz et les 2.4 avec les 2.4 hein). De la même façon, les écarts entre routeur Apple et routeur Netgear sont visibles lorsque les 2 sont positionnés au même endroit. A l’usage, ceci se ressent aussi, je sens que l’accroche wifi et les basculements d’un réseau 2.4 à 5Ghz se font de façon plus rapide et fluide.

  • Au niveau de « qualité » de service, j’ai aussi noté un énorme gain (et c’est presque ça le principal en fait). Le routeur Netgear X4S R7800 permet de régler différents paramètres de qualité de service, en allouant une priorité haute à certains appareils ou services de la maison. De la même façon on pourra mettre en priorité basse d’autres services… et tout cela afin d’avoir la plus grande réactivité sur certains appareils critiques comme les consoles de jeux ou les appareils qui font du streaming (Netflix…). Le routeur ira tout seul dégrader la bande passante des autres services en compétition afin d’avoir toujours le top quand on joue ou quand on regarde Netflix. Ceci est géré admirablement mieux sur le Netgear que sur la Livebox Play ou la Time Capsule !! Par exemple, depuis plusieurs jours j’uploade en permanence des photos sur le cloud (350 Go… avec une connexion à 1Mbps en sortie c’est pas gagné) et cela sans aucune difficulté pour les autres appareils.

Netgear X4S

Précédemment, quand j’avais tenté la chose avec mes autres routeurs, l’ensemble des appareils de la maison étaient coupés d’internet, tellement l’upload était mal géré… Bref, grâce à ce routeur, tous mes appareils cohabitent parfaitement, et ceci est encore plus vrai que ma copine possède plusieurs ordinateurs (3…) tous reliés à internet et donc on se retrouve avec un grand nombre de machine qui fonctionnent en permanence, qui téléchargent des films & séries et qui ne se gènent absolument pas ! C’est donc une grande victoire pour ce routeur, qui aura pu géré avec brio un réseau wifi/ethernet compliqué et chargé, et avec performance ! J’adore !

  • Dans les jeux, aucun souci, le processeur ultra puissant du routeur ne laisse rien de coté, et je n’ai pas noté le moindre lag suspect sur Fifa 17 !

Bref, vous l’avez compris, le switch d’un routeur classique ou même d’un gros (et plutôt réputé) routeur de chez Apple vers ce Netgear X4S R7800 Nighthawk est une grosse réussite pour mon domicile. Je suis même surpris par le gain au niveau de la « qualité » du service proposé dans la vie de tous les jours. Evidemment, je peux vous recommander cette machine, qui se trouve très facilement sur Amazon à un tarif inférieur à 200€.

Cet article Routeur Netgear X4S R7800 Nighthawk : très bon partout est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/routeur-netgear-x4s-r7800-test/feed/ 0 13838
Remix OS 3.0 sur Nexus 9 : présentation http://www.blablahightech.fr/2016/12/remix-os-3-0-sur-nexus-9-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/12/remix-os-3-0-sur-nexus-9-test/#respond Mon, 05 Dec 2016 18:12:41 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13903 Voici une vidéo de présentation de Remix OS 3.0 sur Nexus 9 ! Il s’agit d’un OS alternatif à Android Stock, et qui permet d’exploiter réellement tout l’espace proposé par...

Cet article Remix OS 3.0 sur Nexus 9 : présentation est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Voici une vidéo de présentation de Remix OS 3.0 sur Nexus 9 ! Il s’agit d’un OS alternatif à Android Stock, et qui permet d’exploiter réellement tout l’espace proposé par l’écran de nos tablettes et ordinateurs.

Remix OS est un système d’exploitation qui veut remplacer celui de votre tablette ou de votre ordinateur, afin d’apporter plein de petites choses qui peuvent s’avérer utiles. Je l’ai installé sur ma tablette Nexus 9 (et son clavier officiel) et je vous en fait une présentation en vidéo :

Remix OS 3.0 sur Nexus 9 s’avère être très fluide comme vous pouvez le voir, et ne comporte aucun bug. L’interface est soignée, je trouve ça très confortable à utiliser.

Ce système est en version 3.0, ce qui veut dire qu’il est bien avancé et qu’on pourra l’essayer sur sa tablette ou son ordinateur sans trop de risque de gros plantages. A noter que cela apporte plusieurs éléments bien intéressants :

  • Gestion des multi-fenêtres pour quasiment 100% des apps Android
  • PlayStore fonctionnel, ainsi que toutes les applications Google (il est déjà installé de base)
  • Clavier & souris sont parfaitement supportés, on a donc un OS « bureau » qui permet d’être plus productif qu’avec une simple tablette
  • Peut s’installer sur un PC fixe ou portable, afin de profiter des apps Android sur un système léger (une bonne façon de recycler du vieux matériel trop léger pour windows 10).

 

Installer Remix OS 3.0 sur Nexus 9

Pas mal d’appareils sont supportés par Remix OS, voici un petit aperçu partiel :

dgfsdgf

Si vous décidiez de tenter l’aventure, voici un seul endroit pour faire ça : le site officiel de la ROM Remix OS.

Pour installer Remix OS 3.0 sur Nexus 9, rien de plus simple :

  • Passez votre appareil en mode « dev » et préparer l’OEM unlock dans le menu dev
  • Passez en USB debugging
  • Dézippez les fichiers téléchargés sur le site de Jide, et passez votre device sur bootloader avec la commande « adb reboot-bootloader »
  • faite un « fastboot oem unlock » pour déverrouiller l’appareil
  • puis ensuite il faudra flasher les différents fichiers du zip, un par un, via une commande « fastboot flash xxxx ». « xxxx » représente le recovery, puis le system, puis le boot, puis le cache…
  • et ensuite faite un reboot avec un « fastboot reboot »
  • et c’est terminé ! Le plus long finalement ce sera de télécharger les fichiers sur votre ordinateur !

Remix OS 3.0 sur Nexus 9

Cet article Remix OS 3.0 sur Nexus 9 : présentation est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/12/remix-os-3-0-sur-nexus-9-test/feed/ 0 13903
MacBook Retina 2016 : pourquoi je l’aime tant? http://www.blablahightech.fr/2016/11/macbook-retina-2016-avis/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/macbook-retina-2016-avis/#comments Sat, 26 Nov 2016 17:09:52 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13773 Je vous propose aujourd’hui un billet rapide pour vous parler d’un achat « impulsif » réalisé au mois d’août cet année. Il s’agit d’un MacBook retina version 2016 d’entrée de gamme (processeur...

Cet article MacBook Retina 2016 : pourquoi je l’aime tant? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Je vous propose aujourd’hui un billet rapide pour vous parler d’un achat « impulsif » réalisé au mois d’août cet année. Il s’agit d’un MacBook retina version 2016 d’entrée de gamme (processeur M3 …, 8Go de RAM et 256Go de SSD). Et je l’adore !

Présentation

En 2015 Apple a sorti un appareil un peu particulier, et qui a fait pas mal parlé : un ordinateur de petite taille (diagonale de 12 pouces) un peu dans le genre du MacBook Air, ultra léger et compact et qui s’appelle juste « MacBook ». A l’intérieur, pas de gros processeur (un Intel Core M), une RAM confortable sans plus (8Go) et un disque SSD correct (256Go). Grosse particularité, ce MacBook a un écran « rétina », ce qui le rend bien meilleur finalement que le MacBook Air, portant proche en format.

MacBook retina MacBook retina MacBook retina MacBook retina

Grosse nouveauté aussi, un seul port visible sur le MacBook : un port USB-C, destiné à la charge mais aussi à l’utilisation de périphériques amovibles (clé USB, disque dur, etc…). C’est d’ailleurs cela qui a fait beaucoup parlé, car il est certainement pas pratique d’avoir un seul port pour charger & brancher des périphériques… Ce fut le début des « dongles » USB-C dans la gamme Apple.

MacBook retina

Mes usages

Pourquoi j’aime cette machine ? A quoi me sert-elle ? Avant de commencer, je veux tout de suite vous dire que je ne l’ai pas achetée neuve… La conf d’entrée de gamme étant à 1500€, je n’aurai jamais jamais mis autant d’argent dans un appareil aussi léger d’un point de vue du processeur et partie graphique. On va dire que je l’ai eu à environ -30% par rapport au neuf (moins de 1000€ donc…) et que l’ordinateur avait à peine 2 mois et quelques cycles de charge de batterie, une très bonne affaire en bref.

MacBook retina

J’étais vraiment curieux de voir en quoi cette machine pourrait me rendre service et ce que je peux vous dire c’est que depuis Août, je l’ai particulièrement appréciée et aimée… Je l’ai emmenée en vacances à l’étranger, en weekend chez les beaux parents, elle navigue entre mon bureau & le salon le reste du temps…et je l’adore. Voici donc à quoi elle me sert :

  • Mon utilisation principale, c’est clairement les tâches « basiques » : aller sur internet via Chrome et toutes ses extensions, répondre à mes emails via Newton (super app au passage), aller sur les réseaux sociaux, discuter sur le Slack de blablahightech.fr, piloter ma musique Spotify sur le home cinéma du salon… En gros, cette machine étant ultra légère, compacte et endurante, elle est parfaite pour toutes ces tâches peu gourmandes en puissance. Aucun ralentissement quand j’ouvre de multiples onglets sur Chrome & en même temps toutes mes apps classiques qui tournent en fond… c’est une très bonne surprise la dessus (évidemment si vous avez quelques apps qui tournent en même temps, l’autonomie en prend un coup).
  • Ecrire sur le blog : c’est ma machine de prédilection pour rédiger mes articles du blog. Pourquoi ? Parce le clavier et trackpad sont excellents et que je peux prendre la machine avec moi partout où je vais. Même si mon hackintosh et mon bureau sont très agréables à utiliser, j’ai parfois envie de « sortir » et prendre l’air, tout en continuant de rédiger des articles.
  • Ensuite, j’ai utilisé par mal cette machine pour faire du montage video « léger » en vacances : je décharge la carte SD dessus, je fais tourner Final Cut Pro et je créé des petites vidéos de 3 à 5 minutes, destinées à être uploadées sur YouTube ou Instagram. La dessus encore, le MacBook s’avère être parfaitement optimisé pour ce genre de tâches. Certes, c’est plus lent que sur mon gros Hackintosh, mais ça reste parfaitement « utilisable » : l’image est fluide y compris pendant le survol de la timeline, pas de plantage, ça marche. Et j’ai même poussé la machine jusqu’à faire du montage 4K avec des images issues de mon drone Phantom 3 pro (qui filme en 4K donc…). Une fois les plans insérés dans la machine, il faut laisser un peu de temps au MacBook retina pour qu’il optimise les plans, et ensuite c’est top, ça marche vraiment bien. L’encodage aussi est parfaitement optimisé et utilisable pour des gens qui auraient une utilisation « non pro » de Final Cut Pro X.
  • La retouche photo, via Adobe Lightroom, est aussi faisable. On profite de l’écran rétina (qui est bien top) et le logiciel est plutôt fluide. Certes, encore une fois le traitement de photos est un peu long, mais conviendra à tous ceux qui ne sont pas des photographes « pro » et qui traitent des centaines de photos par weekend…
  • Je regarde aussi des films & séries sur cette machine. Son écran est certes un peu petit, mais elle se rattrape par une qualité d’image super bonne et des hauts parleurs loins d’être ultra mauvais (en général je branche une petite enceinte bluetooth pour améliorer le son).
  • Autre utilisation assez basique aussi : je l’utilise pour gérer à distance les fichiers du NAS, régler le serveur plex, faire du tri dans le cloud… bref, pleins de petites choses basiques qui se font bien via un navigateur ou un explorateur de fichiers.

MacBook retina

Par contre, ce que je ne fais pas, c’est jouer… Clairement ce MacBook retina n’est pas fait pour ça… C’est ultra lent dès que ya la moindre 3D affichée à l’écran. J’imagine que tous les logiciels pro utilisant la partie graphique d’un Mac seront à proscrire de cette machine.

L’histoire du port unique

Ce port unique USB-C ne m’a pas géné plus que cela puisque j’ai très vite investi dans un ou deux dongles USB-C, et donc je suis passé rapidement à autre chose. Par contre, je sais que cela gène certains qui se disent qu’il faut toujours avoir l’adaptateur pas loin, et que c’est un achat supplémentaire à prévoir. On parle ici d’une machine « hors de prix » qu’on paie 1500€, je vois pas pourquoi ajouter 20€ serait si difficile que ça. De la même manière, j’ai souvent le chargeur du MacBook retina pas loin (rangé dans un sac à dos…) et donc glisser le dongle dans le même rangement ne me pose aucun souci.

MacBook retina

Cette histoire d’USB-C qui charge et qui sert à tous les périphériques est une bonne chose pour moi, dans le sens où cela va forcer l’industrie à changer de standard. De plus, je suis équipé de dizaines de périphériques USB (batteries, chargeurs, lecteurs de cartes SD, etc…) et le fait que maintenant l’USB-C soit le standard fait que je peux recharger cet ordinateur avec mes batteries, que je peux utiliser mon super chargeur Anker pour charger cet appareil. J’y gagne donc lorsque je pars en weekend car je n’ai plus besoin de prendre le chargeur officiel Apple, mais je prend juste 1 seul chargeur pour tous mes appareils (smartphone, tablette, montre).

Sa légèreté et son format sont clairement ses atouts

Ce qui rend cette machine vraiment intéressante pour moi c’est son format et son poid plume. En effet, je manipule ce MacBook rétina comme une tablette ou presque : il me suit un peu partout dans la maison, parfois sur la table de la cuisine pour continuer de lire les infos du jour pendant que je fais la cuisine, parfois sur mes genoux dans le salon pendant qu’on regarde une série ou un film…. Bref, c’est une machine qui fait clairement concurrence dans ses usages mais aussi dans son format à mon Chromebook Asus Flip (10 pouces & tactile).

MacBook retina

L’Asus Flip est plus petit, plus léger, moins bien construit mais il remplit à peu près les mêmes tâches, mais en beaucoup plus simple (ChromeOS est un OS « light » par rapport à MacOS). Je préfèrerai quand même le Chromebook si j’ai des tâches de retouche photos (via les multiples apps android et à son coté tactile) mais je préfère le MacBook pour tout le reste : écrire des articles sur le blog sera bien plus confortable sur écran rétina que sur l’Asus Flip. Idem pour le clavier du mac qui est meilleur dans sa conception et réalisation.

Par contre c’est une véritable « machine à écrire » pour moi et c’est surement ce qui sera le plus dur à oublier, si dans le futur je me sépare de ce MacBook rétina. Son clavier me correspond (même s’il est critiqué car la course des touches est courte), son trackpad est top (il gère le force touch) et pour taper du texte pendant quelques heures, c’est un vrai bonheur pour moi.

Autonomie

Au niveau de l’autonomie, rien à signaler de bien important : elle tient correctement pour une machine de cette taille. Je n’ai pas trouvé qu’elle était particulièrement endurante quand je l’utilise de façon intensive (toutes mes apps ouvertes en même temps), mais pour regarder un film ou une série avec la luminosité de l’écran assez haute, elle est clairement top ! Rien à voir avec le gros PC portable de ma copine (17 pouces à base de core i7) qui ne tient pas plus que 3 ou 4h allumé.

MacBook retina

Conclusion

Voila, j’ai essayé de résumer pourquoi j’adore cette machine… Elle ne m’a coûté finalement qu’un seul rein, elle est petite & légère, possède un excellent écran, et je la trouve très très très jolie. Je trouve même que ce MacBook retina est bien plus joli que le nouveau MacBook pro tout juste annoncé.

Niveau performances, c’est pas une machine rapide mais que pour les tâches du quotidien, le SSD extrêmement rapide facilite la chose et permet une expérience ultra fluide et réactive.

Et vous, avez vous un MacBook retina et pour quelles raisons l’appréciez vous ?

MacBook retina

Bonus : et les MacBook Pro 2016? Mon avis ?

Je n’ai pas acheté la dernière mouture des MacBook Pro 2016 (13 et 15 pouces) pour plusieurs raisons (mais attention, je n’ai jamais eu en main ces machines, cet avis est donc purement subjectif):

  • trop chers
  • troop grands
  • trooop puissants
  • troooop chers

🙂

Le MacBook 12 actuel est largement suffisant pour tous mes besoins sur une machine portable. Je n’ai pas besoin de plus de puissance (qui ferait fondre l’autonomie), car je ne fais quasiment pas de montage vidéo sur cette machine. Honnêtement, pour aller sur le web ou les réseaux sociaux, pour regarder des films & séries, pas besoin d’un core i5 ou i7 !!!

De plus, le format « mini » du MacBook 12 est un excellent compromis je trouve face aux autres MacBook : l’écran rétina tient dans un format vraiment très facile à transporter (bien plus qu’un MacBook 15 qu’il faudra en plus transporter avec un chargeur spécifique) et je n’ai pas jamais eu le besoin d’une machine puissante en déplacement personnellement.

Et pour finir le look, entre le 12, le 13 et le 15, j’ai vraiment une préférence pour le 12 qui a un clavier « borderless » ; je trouve qu’au niveau du look, celui ci fait plus équilibré que les 13 et 15 qui ont un gros espace entre le clavier et le bord du boitier…

Bref, voici un peu mon avis sur l’ensemble de ces machines… Evidemment le meilleur appareil dans le lot c’est celui qu’on possède (c’est pareil pour tout le monde 😀 ) ! Et vous savez pourquoi ? Il est adapté à vos usages, et tout le monde a des usages différents de sa machine !

Et vous, vous êtes plutôt « team 12 », 13 ou 15 ?

Cet article MacBook Retina 2016 : pourquoi je l’aime tant? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/macbook-retina-2016-avis/feed/ 11 13773
Le work-flow pour écrire mes articles http://www.blablahightech.fr/2016/11/mon-work-flow-pour-ecrire-mes-articles/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/mon-work-flow-pour-ecrire-mes-articles/#comments Wed, 23 Nov 2016 09:49:16 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13732 Cet article intéressera peut être quelques curieux : je vais vous détailler le process que j’applique quasiment à chaque fois pour un test sur le blog. Voici mon work-flow pour...

Cet article Le work-flow pour écrire mes articles est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Cet article intéressera peut être quelques curieux : je vais vous détailler le process que j’applique quasiment à chaque fois pour un test sur le blog. Voici mon work-flow pour écrire mes articles !

Par où je commence ?

Avant de me lancer dans la rédaction d’article ou de test, il me faut en général… une idée. Ca commence par là. Au fil de mes lectures de ma page Feedly, au cours de mes discussions avec mes amis sur Twitter, ou tout simplement après avoir reçu un mail, il me vient l’idée d’en faire un test ou article. Ces idées, je les note en général sur Google Keep si je ne suis pas chez moi (c’est mon app favorite de prise de note et de to-do) et si je suis à la maison en général je créé direct un article « brouillon » dans l’interface WordPress de blablahightech.fr.

Mon work-flow pour écrire mes articles

Autre option aussi, c’est d’être contacté par telle ou telle marque (via agence de presse en général) pour un test de produit. Je précise que je ne suis jamais payé par les marques pour parler d’elles (mon blog ne fait pas assez de vues…) mais que 3 fois sur 4 le produit est prêté par la marque sans aucunes conditions (je garde le contrôle complet de mes écrits). C’est une autre façon de vous permettre de lire de beaux tests bien sympas dans ces pages.

Donc une fois que j’ai l’idée, et que j’ai reçu le produit à tester, je me lance dans le test proprement dit… Et ça commence souvent dès le déballage…

Les photos, point de départ de mon work-flow pour écrire mes articles

Mes tests sont souvent détaillés au niveau du visuel. C’est aussi la façon que j’utilise pour rédiger la majorité de mes tests : je fais un « brouillon » en photo, et ensuite je rédige le texte. Les photos sont donc un élément principal dans ma démarche, et c’est surement cette étape qui me prend le plus de temps…

Donc au paragraphe précédent, on parlait de déballage. En général, avant de commencer à utiliser le produit en test, je prend des photos du paquet, du déballage en lui même, des accessoires, etc… C’est à ce moment la que le produit est le plus « beau » (les câbles bien rangés, les produits encore vierge de toutes poussières ou traces d’usures…) et donc je prend énormément de temps à prendre toutes les photos nécessaires lors du déballage. Pour des drones par exemple, il m’est déjà arrivé de planter celui ci dès le premier vol, et j’étais bien content d’avoir des photos « propres » avant tout décollage pour illustrer mon article.

Donc les photos dès le déballages sont prises avec mon smartphone de temps en temps, mais la majorité du temps c’est mon RX100 mk III qui fait office d’appareil photo professionnel, et il s’en sort plutôt bien je trouve.

J’utilise des éclairages additionnels pour supprimer un maximum d’ombres et avoir des photos les plus précises possibles. Récemment, j’ai aussi un mini studio photo qui m’aide à prendre de belles photos de petits objets.

Une fois les photos prises avec smartphone ou RX100, elles sont envoyées en wifi sur mon hackintosh et je les traite avec Lightroom : j’enlève les poussières ou les traces éventuelles, j’équilibre l’éclairage, les couleurs… Je fais un peu de tri aussi car j’ai souvent beaucoup plus de photos que nécessaire. Une fois les photos classées et sélectionnées, je les exporte en qualité « basse » (=adaptée au web) sur un espace cloud. Le but de cet espace cloud est de pouvoir, si je le souhaite, retoucher les photos avec mes outils favoris sur mobile ou tablette (VSCO principalement) pour y appliquer des filtres et effets particuliers. Attention ce n’est pas le cas à chaque article. Mettre les photos sur le cloud me permet aussi d’en sélectionner 1 ou 2 pour les réseaux sociaux.

L’étape d’après sera d’uploader les photos retouchées (ou non…) sur WordPress, directement dans l’article en brouillon. Ensuite, je sélectionne les meilleures et j’en fais de petites galeries photos (des regroupements d’images qui font sens… par exemple toutes les photos du déballage…). Ca me permet ainsi de regrouper par ordre logique les photos et de commencer le plan de l’article : au début le déballage, ensuite les premières photos d’utilisation, puis on termine souvent par des belles photos d’ensemble… Dans le cadre de tests de smartphones ou d’un appareil qui a une application associée, je créé à ce moment là les screenshots de l’interface aussi, car c’est aussi important que le look extérieur.

J’insiste encore sur le fait que ce sont les photos qui m’aident à bâtir mon plan de test en général, c’est ma façon un peu particulière de travailler.

Petite remarque : c’est aussi à ce moment la que j’uploade les vidéos YouTube, que j’aurai éventuellement montées précédemment…

La rédaction

Mon work-flow pour écrire mes articles continue ensuite par la rédaction proprement dite. Je me base sur le photos déjà sélectionnées et regroupées pour raconter mon histoire, mes usages, ce qui m’a plu. Cette partie la peut être rédigée relativement rapidement, car je suis souvent assez inspiré et ça file tout seul.

Je rédige directement les articles dans l’interface de wordpress, depuis mon Macbook, mon Chromebook (ou mon hackintosh), en sauvant régulièrement histoire de ne rien perdre si ça plante. Cependant, plus ça va et plus je trouve que mon site est instable (la faute à OVH ?) et il m’arrive d’avoir des plantages en plein milieu… Si ça m’arrive, j’arrive à m’en rendre compte avant de tout perdre et je copie/colle rapidement l’article en cours sur GoogleKeep, au cas où…

Mon work-flow pour écrire mes articles Mon work-flow pour écrire mes articles Mon work-flow pour écrire mes articles

Une partie importante de la rédaction sera ensuite de réaliser des liens entre cet article et les autres articles du blog. Je cible donc des mots clés et des points de l’article qui reverront sur d’autres articles (vous imaginez pas le nombre d’articles présents sur le blog 🙂 ). Autre élément important : choisir les tags et les mots clés SEO qui serviront à aider les moteurs de recherche à trouver mon article… C’est un point que je fais assez rapidement au début de la rédaction afin que Jetpack (l’outil SEO de wordpress) m’aide au fur & à mesure que je progresse en m’indiquant si je suis sur la bonne voie niveau mots clés etc… ou si je suis très mal parti.

Lorsque la rédaction du test est quasiment terminée, je rajoute à la main les liens vers les produits présents dans mon test. En général je cible Amazon, via des liens sponsorisés, qui me permettent de récupérer entre 3 et 5% des achats réalisés par mes lecteurs en passant par mon site (merci !). Ces liens sponsorisés et l’argent qui est généré sont négligeables au regard des sommes dépensées par moi même, mais ça permet d’avoir de temps en temps des petits gadgets sympas à tester et SURTOUT : des cadeaux régulièrement (via des concours). Vous l’avez remarqué je l’espère, mais j’organise assez souvent des concours pour faire gagner des produits high-tech (et par la même occasion faire connaitre le blog) avec l’argent gagné sur Amazon. C’est un peu « gagnant gagnant » cette histoire non ?

calltt

La publication

Une fois l’article rédigé, et les liens & tags bien correctement définis, il vient aussi la phase de publication de l’article dans mon work-flow pour écrire mes articles. Ici je parle bien de publication car je suis toujours le même process:

  • planification de la date de publication (en général ça tombe un samedi ou dimanche, histoire de vous donner de la lecture le weekend, mais il m’arrive aussi de publier en semaine, juste avant le repas de midi histoire de vous donner un peu de lecture pour votre pause repas. Dans la planification, j’ai une règle qui publie systématiquement sur Facebook & sur Twitter au moment même où ça sort sur www.blablahightech.fr
  • quand l’article comporte une video, elle a été uploadée précédemment sur YouTube et il faut que je passe cette vidéo de « invisible » à publique.
  • une fois l’article automatiquement publié, je rajoute à la main l’article sur la page Google Plus de blablahightech.fr et je publie ensuite l’article sur ma page Google Plus personnelle. Ceci ne peut pas être automatisé facilement et donc je continue de le faire à la main (plus pour très longtemps je pense, vu les chiffres de fréquentation de Google Plus CATASTROPHIQUES).
  • J’ajoute ensuite l’article sur Buffer (un service qui me permet de replanifier la publication sur les réseaux sociaux à l’avance) pour twitter, facebook et google plus… Ca permet d’avoir un « rappel » de l’article quelques jours après, pour ceux qui ne regardent que les réseaux sociaux (et vous êtes nombreux à lire les articles lors du rappel, c’est effrayant !).
  • Et pour finir, il m’arrive de publier aussi sur instagram une petite photo qui dit « le test est dispo » pour les têtes ne l’air qui auraient raté tout le reste 🙂

Mon work-flow pour écrire mes articles

Suite à la publication, j’envoie ensuite un email à la marque qui m’a prêté le matériel, pour leur signaler que j’ai publié le test. Et en général faut ensuite préparer le retour du produit (remballer tout, étiquette Colissimo, et hop direction La Poste).

Et c’est pas fini…

Pour terminer avec mon work-flow pour écrire mes articles, il reste encore un truc : suivre les commentaires en bas d’article ou sur tous les réseaux sociaux (2 pages Google Plus, twitter, facebook, instagram, slack, YouTube éventuellement…) ce qui représente pas mal de trucs finalement à surveiller. En général, les commentaires sont sympas, et parfois même ils signalent une erreur ou une faute de frappe, qu’il faut corriger rapidement.

Voici en gros le process que je suis à chaque fois, j’espère que cela aura pu intéresser certains sur ma méthode ! Et vous, quelle est votre méthode / workflow utilisé sur votre site web ? Je suis curieux d’entendre vos commentaires la dessus ! 🙂

 

Cet article Le work-flow pour écrire mes articles est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/mon-work-flow-pour-ecrire-mes-articles/feed/ 11 13732
Mini studio photo Zecti : un (bon) clone du FOLDIO1 ? http://www.blablahightech.fr/2016/11/mini-studio-photo-zecti-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/mini-studio-photo-zecti-test/#comments Sat, 19 Nov 2016 17:08:58 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13661 Aujourd’hui je vous teste un petit produit qui sort un peu de l’ordinaire : il s’agit du mini studio photo Zecti, vendu pour une somme dérisoire (moins de 20€ sur...

Cet article Mini studio photo Zecti : un (bon) clone du FOLDIO1 ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Aujourd’hui je vous teste un petit produit qui sort un peu de l’ordinaire : il s’agit du mini studio photo Zecti, vendu pour une somme dérisoire (moins de 20€ sur Amazon) et qui ressemble beaucoup au Foldio1 d’Orangemonkie.

Ce studio photo de taille rikiki est destiné à prendre des belles photos d’objets (packshot) avec un fond neutre… C’est typiquement le genre d’accessoire qu’il faut avoir si vous aimez prendre en photo des figurines, bijoux, matériel high-tech, petits jouets ou tout autre création de taille raisonnable.

Le mini studio photo Zecti arrive dans un emballage hyper compact : c’est super cool, car ça veut dire qu’il sera super facile à ranger & à transporter. A l’intérieur du colis, on retrouve l’armature du studio (les bords blancs…), un petit manuel d’utilisation, un cable USB (destiné à alimenter les LEDs intégrées) et 2 fonds de couleur uniforme (gris & blanc) pliés en 2. C’est ultra minimaliste, et j’aurai aimé qu’une mini housse soit livrée (enfin, pour le prix… c’est pas bien grave, on trouvera une housse qui va bien j’imagine).

Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti

L’armature blanche est en fait une seule & même pièce, qu’il faudra plier (c’est facile) et assembler à l’aide d’aimants. La mise en place se fait littéralement en moins de 1 minute. La barre de LEDs sur le dessus est déjà installée, il ne reste plus qu’à brancher le cable microUSB et à appuyer sur l’interrupteur pour que ça s’allume. On peut difficilement faire plus simple, et j’ai beaucoup aimé avoir juste une prise USB à brancher (avec toutes les batteries et les ports USB qu’on a avec nous, ça ne sera jamais un souci en mobilité).

Le fond de couleur s’insère proprement et se fixe dans le coin supérieur du fond. Plutôt pratique à utiliser aussi. Et voici le mini studio photo Zecti une fois monté : c’est plutôt propre, à part le fait que les bords sont toujours un peu pliés vers l’intérieur. A voir si avec le temps ils ont pas tendance à s’écarter un peu. C’est légèrement problématique, on verra ça plus bas.

Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti

On place ensuite nos petites figurines ou appareil high-tech sous les projecteurs et on peut commencer le shooting ! Pour que la photo soit belle et bien détaillée, il faudra utiliser un appareil photo très proche, ou un smartphone avec un objectif téléphoto. Ca permet d’avoir des détails parfait au niveau de la figurine et d’éviter de voir les bordures du fond.

Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti

Je trouve que le résultat de mes photos (prises soit avec mon Galaxy S7 et sa lentille zoom, soit avec mon RX100 III) sont plutôt belles, et le produit a été très pratique à utiliser.

J’ai changé le fond, et utilisé celui qui est gris, sur les shoots suivants. C’est aussi propre, même si on remarque que le gris a une certaine texture qui se voit sur la photo. A voir si cela vous plait ou non, mais ça permet de prendre en photo des objets clairs (qui ne ressortiraient pas sur un fond blanc évidemment). On y remarque aussi quelques poussières mais qui seront faciles à supprimer via votre logiciel de traitements & retouches photo.

Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti Mini studio photo Zecti

Vous l’aurez compris, je suis enchanté par ce mini studio photo Zecti, vendu moins de 20€ sur Amazon (premium dispo). C’est un objet léger & facile d’utilisation, qui vous permettra de mettre en valeur votre travail très facilement, avec un rendu bien plus « pro » que sans tout cela. Il est vendu 2 fois moins cher que son concurrent principal, et il est plus pratique à utiliser d’après moi, à cause de sa prise USB pour alimentation.

Ya quand même un petit bémol : il est clairement très petit. J’ai essayé de prendre en photo mon Galaxy S7 et les bords du Zecti apparaissent très vite sur la photo, il faudra donc être doué pour rogner les images là où il faut (ou tout simplement effacer les bordures avec votre logiciel photo). Honnêtement on ne peut pas trop se plaindre de cela, vu le prix.

Mini studio photo Zecti

Cet article Mini studio photo Zecti : un (bon) clone du FOLDIO1 ? est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/mini-studio-photo-zecti-test/feed/ 2 13661
Lens cover pour Galaxy S7 : j’adore ! http://www.blablahightech.fr/2016/11/lens-cover-pour-galaxy-s7-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/lens-cover-pour-galaxy-s7-test/#respond Wed, 16 Nov 2016 10:09:55 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13648 Mon Galaxy S7, je l’adore pour un truc particulièrement : son appareil photo qui propose des photos de qualité mais surtout : il est ultra rapide… Aujourd’hui je vous présente...

Cet article Lens cover pour Galaxy S7 : j’adore ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Mon Galaxy S7, je l’adore pour un truc particulièrement : son appareil photo qui propose des photos de qualité mais surtout : il est ultra rapide… Aujourd’hui je vous présente un accessoire indispensable : le Lens Cover pour Galaxy S7, une coque & un set de lentilles qui amélioreront encore plus vos photos ! Voici un test en images !

Le Lens Cover pour Galaxy S7 (la version Edge existe aussi) arrive dans une petite boite transparente qui laisse tout de suite voir les lentilles et le fonctionnement de l’appareil. On trouve dans le packaging une coque cuir (ou imitation cuir), 2 lentilles qui se vissent sur la coque, et 2 petites boites en plastique pour les transporter partout.

Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7

La coque est d’une très grande qualité. Lorsqu’on la touche pour la première fois, ce qui marque, c’est que le cuir fait « vrai », c’est chaud, chaleureux et anti-dérapant. La prise en main sera donc très bonne. Cette coque est très fine, très très très bien ajustée au téléphone et il se sortira pas par mégarde de sa coque (c’est presque difficile même de l’enlever). Autour de l’appareil photo, on remarque un petit pas de vis, qui permettra de viser les objectifs du ce Lens Cover pour Galaxy S7.

Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7

Elle protège le Galaxy S7 de façon correcte sans être foufou : certains bords ne sont pas protégé des chocs, il faudra donc faire attention… Par contre, l’écran est bien protégé, car la coque dépasse un petit peu (si on pose à plat l’écran ne touche pas…). L’intérieur de la coque est en une matière douce, pas de risque que cela raille votre arrière de Galaxy S7. En bonus, sur la partie basse de la coque, Samsung a prévu une petite bosse, pour améliorer la prise en main en mode photo. Honnêtement, c’est une très belle coque, agréable à manipuler et plutôt solide !

Coté lentilles, on découvre 2 modèles (les 2 sont livrés…) : une lentille « téléphoto » (X2) et une lentille « grand angle » (110°). Les 2 lentilles sont vraiment magnifique je trouve, usinée directement dans un bloc de métal. Clairement, rien à voir avec les objectifs Aukey ou Anker à 40€, ici ça respire le luxe & la qualité. Chaque lentille est livrée avec une petite boite et un capuchon. A noter que le capuchon peut être installé sur l’objectif (sans la boite quoi…), c’est très très malin ! Et les 2 boites peuvent être fixées l’une à l’autre. Pratique aussi.

Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7 Lens cover pour Galaxy S7

Pour installer la lentille, il suffit de la viser rapidement sur la coque. Il faut pas faire 10 tours, l’installation est rapide et un petit point blanc (et un noir sur la lentille) permet de savoir si elle est correctement installée. L’avantage clairement, c’est de NE PLUS SE FAIRE CHIER à installer la lentille correctement (comme les autres modèles génériques) et à ne plus galérer à avoir une belle images sans bordures noires (ou des flous sur les bords). Pas de risque non plus de rayer l’objectif de l’appareil photo, vu que la lentille vient correctement s’installer (sans toucher). Attention, le flash est masqué…

On passe maintenant à des exemples de photos réalisées avec le Lens Cover pour Galaxy S7 ; évidemment chaque set de photo a été réalisée à la même place (sur trépied + Shoulderpod S1…) pour que ça soit parlant ! Je ne me suis pas rapproché ou éloigné du sujet pour réaliser ces photos !

Lens cover pour Galaxy S7

C’est parti pour les photos !!

On continue…

Toujours des photos…

Encore ?

Si vous cherchez bien ya un petit écureuil sur cette photo…

En fait non, yen avait pas, j’espère que vous n’avez pas cherché trop longtemps…

Alors ce Lens Cover pour Galaxy S7, vous en pensez quoi ?

Et… voila ! J’en profite pour vous montrer une petite photo bonus (ci dessous) : c’est l’utilisation du mode « portrait » du Galaxy S7 avec l’objectif Téléphoto ! Les détails ressortent très bien, le fond est plutôt bien flouté, sympatoche !

20161115_132559

Ce que je pense du Lens Cover pour Galaxy S7

Vous avez donc déjà pu vous faire une opinion de ce petit gadget en regardant les images… Mais je vous donne quand même mon avis:

  • La coque est super chouette, clean, agréable en main et solide… mais ne couvre pas totalement le téléphone. Pas grave pour moi. Après quelques mois d’utilisation, elle n’a pas bougé du tout… comme neuve, donc pour moi c’est une qualité au top.
  • Les petites boites de rangement sont pratiques, et le fait que le capuchon puisse se fixer sur les objectifs indépendamment de la boite, c’est malin aussi.
  • L’objectif grand angle (110°) est plutôt chouette et vous servira sur des scènes du type : paysage, monument mais aussi les diners entre amis (pour avoir toute la scène, personne n’est oublié). Top !
  • C’est l’objectif téléphoto que j’ai le plus aimé : il permet de « centrer » l’attention sur un produit, un détail, un visage… Clairement c’est un gros plus pour prendre des portraits (humains, animaux…) et très bien aussi pour des photos « packshot » (photos de produit…). A noter que ce qui le rend vraiment top, c’est qu’il a tendance à augmenter l’effet de flou en arrière plan, et à faire ressortir le sujet pris en photo. J’adore !
  • Si je compare aux différents objectifs que j’ai déjà testés, ces objectifs Samsung sont supérieurs en tous points : image parfaite y compris sur les bords, pas de distorsion ou de lens flare pourri, installation ultra rapide, et petites boites de protection super pratiques. La mise au point ultra rapide du Galaxy S7 n’est pas changée, c’est toujours aussi rapide… et on peut utiliser toutes les fonctions photos du Galaxy S7 (portrait, HDR, etc…).

Pour 85€ sur Amazon, cette Lens Cover pour Galaxy S7 (la version Edge existe aussi) est une très bonne surprise et un bon achat pour les photographes en herbe. C’est peut être un peu cher, mais faut savoir qu’une bonne coque cuir ça coute bien 30€ ou 40€, et que des objectifs de cette qualité valent bien 30 ou 40€ l’unité chez la concurrence. Donc on s’y retrouve au final je trouve.

Cet article Lens cover pour Galaxy S7 : j’adore ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/lens-cover-pour-galaxy-s7-test/feed/ 0 13648
Gagnez une batterie Anker PowerCore 10000 sur le blog ! http://www.blablahightech.fr/2016/11/batterie-anker-powercore-10000/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/batterie-anker-powercore-10000/#comments Sat, 12 Nov 2016 14:14:42 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13577 En ce long weekend de Novembre, je me suis dit que c’était le bon moment pour lancer un petit concours sympatoche pour vous faire gagner cette batterie Anker PowerCore 10000. Suivez...

Cet article Gagnez une batterie Anker PowerCore 10000 sur le blog ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
En ce long weekend de Novembre, je me suis dit que c’était le bon moment pour lancer un petit concours sympatoche pour vous faire gagner cette batterie Anker PowerCore 10000. Suivez le guide pour savoir comment !

La batterie Anker PowerCore 10000 est la plus compacte de la gamme PowerCore Anker. Et surement une des plus intéressantes car elle délivre 10 000 mAh sur 1 port USB dans un format ultra compact et léger. C’est typiquement la petite batterie qu’on garde toujours avec soit (blouson, sac à main) pour tenir une grosse journée avec son téléphone ou tablette.

51uxf0b-ggl

Elle peut délivrer jusqu’à 2.4 A sur son port USB, ce qui lui permettra de recharger n’importe quel smartphone ou tablette. Les joueurs de PockemonGo l’adorent d’ailleurs ! Cette batterie Anker PowerCore 10000 vaut une trentaine d’euros traditionnellement, mais Amazon la propose à 22€ en ce moment. Comment la gagner ? Simple, suivez ces instructions :

puis

Un gagnant sera désigné parmi les participations valides demain soir (dimanche 13 novembre 2016) vers 20h. Le jeu est réservé aux habitants de France métropolitaine (ou qui ont un ami en France 🙂 )

Bonne chance à tous ! Evidemment, pour augmenter vos changes de gagner, vous pouvez partager la page facebook, RT & Follow sur Twitter ou même laisser un commentaire ici en bas de l’article ! Et n’hésitez pas à aller voir mes autres tests de produits Anker, je suis sûr que vous y trouverez des idées de cadeau de Noel !!

Cet article Gagnez une batterie Anker PowerCore 10000 sur le blog ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/batterie-anker-powercore-10000/feed/ 3 13577
OnePlus Travel Backpack : sac à dos très tendance ! http://www.blablahightech.fr/2016/11/oneplus-travel-backpack-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/oneplus-travel-backpack-test/#comments Thu, 10 Nov 2016 16:45:24 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13516 Aujourd’hui je vous présente un sac à dos que je viens de recevoir, de la célébrissime marque de smartphone chinoise : le OnePlus Travel Backpack. OnePlus a officiellement lancé leur gamme « Gear »...

Cet article OnePlus Travel Backpack : sac à dos très tendance ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Aujourd’hui je vous présente un sac à dos que je viens de recevoir, de la célébrissime marque de smartphone chinoise : le OnePlus Travel Backpack.

OnePlus a officiellement lancé leur gamme « Gear » la semaine dernière dans le monde entier. Cette gamme se compose de 3 sacs et de deux modèles de T-shirts pour le moment… Ayant déjà un sac Messenger plutôt pas mal dans mes cartons, je me suis dit que j’allais tester ce sac à dos qui a l’air franchement bien à première vue.

OnePlus Travel Backpack

Le sac arrive dans un emballage assez propre, qui laisse découvrir l’esthétique du produit. À l’intérieur on reçoit le traditionnel message de remerciements de l’équipe OnePlus.

OnePlus Travel Backpack

Le OnePlus Travel Backpack est un sac plutôt compact, et très léger. Sur la balance il est donné pour 700 g. Ses dimensions extérieures lui donnerait un volume de 30L environ, mais de mon point de vue, il en fait moins que ça. Personnellement, j’aime bien son côté bicolore, avec ses petites touches de rouge qui rappellent le code couleur de la marque. Autre chose que j’apprécié à première vue, c’est le rembourrage au niveau du dos et des lanières, qui est en mousse ultra respirante et plutôt esthétique.

Le premier contact avec le sac est très bon : les coutures sont de qualité, les assemblages parfaitement réalisés, j’ai l’impression d’avoir en main un sac très bien construit. Sur le dessus du sac la poignée me semble parfaitement adaptée, et très solide. Les rembourrages en mousse, présent un peu partout sur le sac, sont plus marqués encore au niveau du dos. Je trouve leur look sous forme de grosses capsules perforées plutôt sympa.

Les fermetures éclairs sont tout à fait classiques. Elle fonctionne parfaitement bien, ça glisse sans aucun accro. Les logos OnePlus présents sur l’avant mais aussi sur la bretelle droite sont plutôt discrets, mais aussi réfléchissants : très malin pour que ceux qui se déplacent de nuit soient visibles ! À noter une petite déception de ma part : la surface inférieure du sac n’est pas traitée particulièrement. Évitez donc de posez votre sac dans une flaque d’eau ou sur une surface pas propre.

OnePlus Travel Backpack

Le sac ne s’ouvre pas sur sa totalité. En effet les deux tiers environ (cela correspond à la zone beige du sac) peuvent être ouverts via le zip. On découvre à l’intérieur plusieurs emplacements pour des tablettes et ordinateurs. Ces emplacements sont largement rembourrés en mousse sur la partie inférieure mais aussi supérieure. Ça permettra donc une bonne protection. Les emplacements sont de deux tailles différentes. Le premier est destiné à une tablette ou un petit laptop. On y rentrera donc facilement un appareil jusqu’à 12 ou 13 pouces je dirais. Le deuxième emplacement est bien plus grand et permet de ranger un gros laptop. J’ai réussi à y glisser un chromebook de 14 pouces énorme (OnePlus annonce des laptop de 15,6 pouces max).

Sur les photos ci-dessous, différentes configurations sont présentées, mais sachez que vous arriverez forcément à y ranger votre laptop et tablette sans aucun problème (sauf si vous avez un 17 pouces évidemment). À noter que l’ensemble du OnePlus Travel Backpack est entièrement doublé, avec un matériau satiné très agréable au toucher.

Le maintien en place des laptops et tablette est réalisé par un petit bandeau extensible rouge. Il a un scratch au niveau du logo et est très rapide à installer et enlever. Attention, les photos ici sont trompeuses, les laptops sont volontairement sortis de leur emplacement pour que vous puissiez les voir. Normalement ils sont bien plus enfoncés que ça et ne sont pas visibles lorsqu’on ouvre le sac.

Dans cette grande poche, il sera possible d’installer en vrac les appareils un peu gros : casques audio, grid it, grosse batterie, et même votre appareil photo. Personnellement ce sera l’endroit privilégié pour le Grid-It et mon casque JBL Everest. De chaque côté nous avons 2 strap rouges qui permettent de glisser 2 petites bouteilles ou enceintes de type UE boom. Pratique. Et pour terminer, nous avons deux emplacements pour des smartphones ou batteries externes, une poche qui ferme et qui est parfaitement adaptée à mes chargeurs de laptop et les câbles associés.

OnePlus Travel Backpack

La dernière poche est celle qui se situe sur le devant du sac, et qui est la plus accessible. On n’y trouve les traditionnels arrangements de stylos, mais aussi deux emplacements permettront de ranger 2 gros smartphones et de la place pour mettre d’autres choses en vrac. À noter que cette poche est elle aussi rembourrée (et donc les appareils à l’intérieur seront eux aussi protégés).

OnePlus Travel Backpack

En bonus, et c’est plutôt malin de la part de OnePlus, il est possible de glisser le sac sur la poignée d’une valise classique !

OnePlus Travel Backpack

Bref, ce OnePlus Travel Backpack est pour l’instant une très bonne surprise, et j’ai réussi à y ranger tous mes accessoires indispensables lorsque je pars en week-end. Le futur nous dira si il est résistant solide mais vu les coutures et les matériaux utilisés j’aurais tendance à lui faire confiance.

Personnellement, mon gros coup de cœur sur ce sac vient des couleurs et matériaux choisis, mais aussi de son poids plume, de sa taille mini et de ses rembourrages bien adaptés. Pour 50 € environ, c’est une affaire de mon point de vue. Et plutôt bien assorti à mes nouvelles Ultra Boost je trouve !!

OnePlus Travel Backpack

Cet article OnePlus Travel Backpack : sac à dos très tendance ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/oneplus-travel-backpack-test/feed/ 14 13516
Chargeur Lumsing USB-C & Quick Charge 3.0 : sympa ! http://www.blablahightech.fr/2016/11/chargeur-lumsing-usb-c-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/chargeur-lumsing-usb-c-test/#respond Wed, 09 Nov 2016 09:00:36 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13552 On reste encore dans les accessoires USB-C qui peuvent être utilisés pour charger votre téléphone, tablette ou votre MacBook, et aujourd’hui je teste un chargeur Lumsing USB-C & Quick Charge...

Cet article Chargeur Lumsing USB-C & Quick Charge 3.0 : sympa ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
On reste encore dans les accessoires USB-C qui peuvent être utilisés pour charger votre téléphone, tablette ou votre MacBook, et aujourd’hui je teste un chargeur Lumsing USB-C & Quick Charge 3.0 !

C’est la première fois que je teste un produit de cette marque, et j’en suis parfaitement satisfait. Il s’agit d’un chargeur USB, qui possède 2 ports. Le premier est un port USB classique, qui possède le standard Quick Charge 3.0 : il s’agit d’un des protocoles de charge le plus rapide du moment, et compatible avec un grand nombre de smartphones. Le second port de charge est un USB-C qui peut monter jusqu’à 14,5 V pour 2 A (29W). Au total ce chargeur est capable de délivrer 48W, ce qui fait de lui un des plus puissants du moment.

Ce chargeur Lumsing USB-C & Quick Charge est livre dans une petite boîte en carton typique des produits de ce genre. Rien d’exceptionnel mais aussi rien de négatif à signaler.

Le chargeur est en plastique noir très dur, il fait très qualité lorsque l’on l’a en main. Il est évidemment au standard de nos prises européennes, et je le trouve plutôt discret et joli. À noter que son poids n’est pas négligeable, il est plus lourd que d’autres chargeurs que j’ai l’habitude d’utiliser (mais moins puissants).

Les spécifications du port USB-C sont identiques à celles du chargeur officiel Apple de mon MacBook Retina 2016. Il pourra donc parfaitement le remplacer et en plus m’ajouter un port USB Quick Charge bien pratique pour charger mon téléphone, tablette, montre etc.

J’ai tenté la comparaison de ce chargeur Lumsing USB-C avec mon chargeur Anker de référence. Au niveau des dimensions, le Lumsing est plus compact car ne comporte pas de câble d’alimentation. Il est aussi moins puissant, et donc rechargera légèrement moins vite mon MacBook. Par contre, il est à peu près dans la même gamme de prix (36€ vs 33€). À noter que le chargeur Anker n’est pas Quick Charge, ce qui donne un petit avantage à Lumsing là dessus.

En définitive ce chargeur Lumsing USB-C est une bonne alternative à mon chargeur Anker. Bien fini, compact, solide, il propose le Quick Charge dernière génération, et une prise USB C suffisamment puissante pour changer mon MacBook. Je peux donc vous le recommander.

Cet article Chargeur Lumsing USB-C & Quick Charge 3.0 : sympa ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/chargeur-lumsing-usb-c-test/feed/ 0 13552
Plantronics Voyager Focus : le casque ultime pour bosser http://www.blablahightech.fr/2016/11/plantronics-voyager-focus-test/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/plantronics-voyager-focus-test/#respond Sun, 06 Nov 2016 10:31:13 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13363 Aujourd’hui, je vous présente le casque audio que j’utilise depuis plusieurs mois au travail, c’est une tuerie, et il s’agit du Plantronics Voyager Focus. Ce casque est une alternative au...

Cet article Plantronics Voyager Focus : le casque ultime pour bosser est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Aujourd’hui, je vous présente le casque audio que j’utilise depuis plusieurs mois au travail, c’est une tuerie, et il s’agit du Plantronics Voyager Focus.

Ce casque est une alternative au Plantronics Backbeat Sense que j’avais déjà testé sur le blog. Et, vous allez pouvoir le découvrir lors du test, je suis toujours aussi fan (voire encore plus) des produits Plantronics. Il s’agit du troisième casque de cette marque que je teste sur le blog. Et je peux dire aujourd’hui que le son proposé fait parti des meilleurs que j’ai pu tester.

Ce Plantronics Voyager Focus se concentre sur le secteur professionnel. Il s’agit d’un casque qui sera très adapté dans les open spaces, dans les transports, avions, trains, dans un contexte professionnel. Les deux grosses nouveautés de ce casque par rapport au précédent, sont un micro dédié aux appels téléphoniques et VoIP, et une réduction active de bruit. C’est un casque de type fermé, dynamique et son poids est plutôt léger : 155 g.

Le casque ressemble beaucoup à son prédécesseur, avec un mélange de métal, de cuir, et un tout petit peu de plastique. Plantronics a choisi des couleurs noir et rouge et je trouve que ça lui convient très bien. La qualité d’assemblage et de finition me semble excellente, et le casque est livré avec une housse, une base de recharge et un petit dongle bluetooth aptX. Il sera donc facile de le brancher sur n’importe quel ordinateur avec n’importe quel système d’exploitation.

Le Plantronics Voyager Focus possède les commandes traditionnelles des casques Plantronics. Et ce sont les casques les mieux fournis du marché : un bouton On/Off et appairage Bluetooth, le bouton pour allumer ou éteindre l’annulation acoustique de bruit, une prise micro USB pour la charge, mais aussi un bouton pour décrocher et raccrocher côté micro, un bouton Play/pause & next/previous, et une bague de contrôle du volume de l’autre côté. De plus, un petit bouton sur le micro permet d’en plancher ou d’éteindre le mode « sons ambiants » qui permet d’écouter ce qui se passe autour de soi en passant par le micro. Ça permet d’éviter d’enlever le casque toutes les deux minutes survolent écouter ce qui se passe dans le bus train avion métro open space.

L’ajout du microphone sur cette base de Plantronics Backbeat Sense est très bien réalisé. Le micro pivote et peut se positionner aussi bien d’un côté ou de l’autre du casque. Selon le sens où vous le basculerez, le casque sait directement si c’est l’oreille droite ou l’oreille gauche qui possède le micro, et adaptera le son en conséquence !!! Super malin !!!

L’ergonomie de ses commandes est très bonne. Après un léger apprentissage, elles tombent parfaitement sous les doigts et on ne se trompe pas. Niveau design, le Plantronics Voyageur Focus est plutôt discret, et compact. Il saura se rendre invisible dans un open space et vous n’aurez pas tête de Teletubbies en l’utilisant dans les transports en commun (il suffira évidemment de replier le micro).

Processed with VSCO with a9 preset

La base de charge est plutôt jolie, elle se branche sur un port USB (chargeur non fourni). Un petit liseré lumineux illustre le nom de la marque, tout bas. La recharge se fait en posant le casque sur cette base. Aucun branchement n’est nécessaire. Si vous n’avez pas la base à côté de vous, il sera toujours possible de recharger le casque par micro USB, et, petit inconvénient à souligner : le casque ne possèdent pas de porte jack. Il est donc impossible d’écouter de la musique lorsque les batteries sont vides.

Les fonctions intelligentes

Ce que j’aime particulièrement dans ce Plantronics Voyager Focus, c’est qu’il propose plein de petites fonctions que d’autres ne proposent pas. Je vous en donne un extrait ci-dessous :

  • Le casque met en pause lorsqu’on l’enlève et relance la lecture lorsqu’on le remet sur la tête. De la même façon il va décrocher lorsque l’on va le sur la tête si quelqu’un nous appelle.
  • Il sait détecter l’oreille droite de l’oreille gauche, en fonction de l’orientation du microphone.
  • Il peut être connecté simultanément à deux appareils ; par exemple mon ordinateur, et mon téléphone. Il sait basculer automatiquement de l’un à l’autre en fonction des sons, des appels, des actions réalisées sur la chacun des appareils. Top !! Je peux donc écouter tranquillement ma musique depuis mon smartphone, et basculer automatiquement sur un appel Skype ou VoIP venant de mon ordinateur. Évidemment dans ce cas là, la musique est mise sur pause automatiquement sur mon smartphone.
  • Il possède plusieurs annonces vocales qui indiquent pas mal de paramètres du casque : niveau de batterie ou autonomie restante en conversation, repérage du smartphone ou de l’ordinateur, etc.
  • Une application Android, iOS, Windows permet de régler tous les paramètres ci dessus, ou de couper certaines fonctionnalités. Il est aussi possible de changer la résolution du micro, afin d’économiser la batterie du casque.

Performances du Plantronics Voyager Focus

J’en parlais plus haut, je trouve la qualité de ce casque extrêmement bonne. Le son est parfaitement distinct, les basses sont bien présentes sans être trop lourdes, et le confort des coussinets est exceptionnel. Il faut noter qu’ils sont posés sur les oreilles, et qu’ils ne les englobent pas vraiment. Du coup l’isolation sonore proposée par ce casque n’est pas optimale. Ceci est compensée en partie par l’annulation active de bruit plutôt efficace sur les sons graves en avion / train / métro. Par contre, cette annulation active de bruit n’est pas efficace sur les voix.

Honnêtement, j’ai eu beaucoup de mal à mettre en défaut les qualité sonore de ce casque. Même à haut niveau sonore, il y a très peu de distortion. Sur des utilisations de longue durée, en audioconférence ou en écoutant de la musique, ce casque ne fatigue pas et ne fait pas transpirer des oreilles. Son poids léger est sûrement un grand contributeur de ceci.

Attention cependant à la qualité du micro : certains de mes correspondants m’ont indiqué que le son était pas excellent lors de discussions VoIP. Je n’ai pas su dire c’était à cause du micro ou à cause du logiciel.

L’autonomie annoncée est excellente : entre 10 et 15 heures d’utilisation. De mon côté, ces chiffres se sont vérifiés, et j’ai très peu rechargé ce casque lors de mes utilisations. Le temps de charge est lui aussi excellent, un peu plus de deux heures. D’ailleurs, le niveau de charge se voit via quatre petites leds bleues situées du coté du micro. Très pratique pour voir la charge lorsque le casque est sur sa base.

Conclusion

J’ai beaucoup de mal à trouver des défauts à ce Plantronics Voyager Focus. Pour moi il est meilleur que le Backbeat Sense car il propose des fonctions supplémentaires qui seront parfaitement adaptées à un univers professionnel. Il est ultra léger, confortable, et sa qualité sonore est excellente. Ces petites fonctions en plus, intelligentes, font de lui la référence sur les casques à utilisation professionnelle & personnelle.

Le seul regret que je peux avoir est son prix : proposé à près de 240 €, cela ne conviendra pas à tout le monde. Mais il sera difficile de trouver mieux dans cette gamme de prix et avec autant de fonctionnalités ! Foncez !

Cet article Plantronics Voyager Focus : le casque ultime pour bosser est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/plantronics-voyager-focus-test/feed/ 0 13363
Anker PowerPort+ 5 ports USB-C : le top des chargeurs USB pour MacBook http://www.blablahightech.fr/2016/11/anker-powerport-5-ports-usb-c-le-top-y-compris-pour-macbook/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/anker-powerport-5-ports-usb-c-le-top-y-compris-pour-macbook/#respond Thu, 03 Nov 2016 17:58:16 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13369 Cette semaine, voici un nouveau test de produit Anker. Il s’agit du plus puissant et du mieux fourni de tous les chargeurs de la marque : voici mon test du...

Cet article Anker PowerPort+ 5 ports USB-C : le top des chargeurs USB pour MacBook est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Cette semaine, voici un nouveau test de produit Anker. Il s’agit du plus puissant et du mieux fourni de tous les chargeurs de la marque : voici mon test du Anker PowerPort+ 5 ports USB-C.

On remarque que le packaging Anker est en train de monter en gamme. Finies les boîtes de carton brut, maintenant on a packaging un peu plus joli. Comme toujours le produit vient avec ses différents manuels et petits remerciements et, nouveauté, nous avons des petits accessoires comme des scratch pour fixer ce charger un peu partout.

Ce chargeur Anker PowerPort+ 5 ports USC-C est livré avec un câble d’une taille suffisante est arbore maintenant une finition métallique brillante, très jolie et premium. J’aime beaucoup avoir du métal plutôt que du plastique !

Le gros avantage chargeur, c’est qu’il possède quatre ports USB Power IQ classiques (2.4A), et ensuite un port USB-C complet et puissant, muni de la fonction power delivery intelligente (jusqu’a 3A et 20V !). Avec 60W de puissance maximale (répartis sur l’ensemble des 5 prises) ce chargeur est parmi les plus puissants du marché. Il est tellement puissant qu’il est parfait pour charger le new MacBook Retina 2015 ou 2016, et remplacera donc le chargeur officiel Apple dans votre sac à dos.

dsc06563

Après quelques jours d’utilisation, je n’ai rien a lui reprocher. On peut juste noter qu’il chauffe un peu lorsque je recharge le MacBook. Mais honnêtement ce n’est rien, face à tous les avantages qu’il apporte. Pour moi c’est le seul chargeur que j’amène avec moi partout dorénavant.

Comme souvent avec les produits Anker, ce Anker PowerPort+ 5 ports USB-C est en vente sur Amazon à moins de 34€.

Cet article Anker PowerPort+ 5 ports USB-C : le top des chargeurs USB pour MacBook est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/anker-powerport-5-ports-usb-c-le-top-y-compris-pour-macbook/feed/ 0 13369
Hackintosh sous macOS Sierra : tutoriel ! http://www.blablahightech.fr/2016/11/hackintosh-sous-macos-sierra-tutoriel/ http://www.blablahightech.fr/2016/11/hackintosh-sous-macos-sierra-tutoriel/#comments Tue, 01 Nov 2016 18:36:06 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13467 Avant de commencer cet article je vous encourage à aller lire mes différents dossiers sur le sujet des Hackintosh, et vous pourrez y découvrir la configuration matérielle que je possède....

Cet article Hackintosh sous macOS Sierra : tutoriel ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Avant de commencer cet article je vous encourage à aller lire mes différents dossiers sur le sujet des Hackintosh, et vous pourrez y découvrir la configuration matérielle que je possède. Ensuite, cet article vous permettra en quelques lignes de voir comment passer votre matériel PC vers un hackintosh sous MacOs Sierra, si vous avez le même profil matériel que moi.

Avant de commencer, il faut savoir que tout hackintosh doit être configuré en passant par tonymacx86. Ce site Web est la base de toutes les bidouilles que vous allez faire. Et pour MacOS Sierra, il y a un tuto déjà tout prêt. Je vous laisse le consulter, je vais pas en faire une traduction ici.

grdhgh

Par contre, dans cet article, je vous donnerai les paramètres que j’ai appliqué à ma configuration, cela pourra aider d’autres personnes qui veulent se monter un Macintosh avec les mêmes composants que moi.

Quelques infos avant de commencer ce Hackintosh sous MacOs Sierra

Avant de commencer, il faut savoir plusieurs choses. Il vous faudra une clé USB d’au moins 16 Go, et avoir accès à 1 Mac (via amis ou connaissances etc). L’accès au Mac est nécessaire pour créer le disque d’installation initial, n’est plus du tout nécessaire ensuite. L’installation du système complet ne m’a pris que quelques heures (1 ou 2 au maximum) car je l’avais déjà fait par le passé. Pour quelqu’un qui débute, il faudra quelques heures de plus, et quelques échecs sans gravité au milieu du tuto. Attention quand même à démonter tous vos disques durs externes et disques dur « non système » de votre machine pour réaliser cette installation.

Voici ce que donnent le benchmark Geekbench et le panneau de présentation de mon ordinateur, une fois que j’ai fait la configuration complète du Macintosh.

En gros avec du matériel de 2013, j’ai ici une machine (pour moins de 1000€) qui est du niveau des derniers iMac et je suis extrêmement satisfait du résultat. C’est une machine évolutive, fiable, puissante, et bien moins chère qu’un Mac officiel. Il faut dire aussi que cette machine a un deuxième disque dur SSD sous Windows 10 et me permet d’utiliser toutes les applications existantes que sur Windows(les jeux principalement) ; le meilleur des deux mondes.

Les paramètres du BIOS

J’ai appliqué à la lettre ce qui est recommandé par tonymacx86.

  • Load Optimized Defaults
  • If your CPU supports VT-d, disable it
  • If your system has CFG-Lock, disable it
  • If your system has Secure Boot Mode, disable it
  • Set OS Type to Other OS
  • If your system has IO SerialPort, disable it
  • Set XHCI Handoff to Enabled
  • If you have a 6 series or x58 system with AWARD BIOS, disable USB 3.0
  • Save and exit.

Les paramètres post-installation avec MultiBeast

Une fois de plus j’ai quasiment suivi la lettre ce que tonymacx86 recommande. Voici un aperçu de ce que j’ai rentré.

20161030_074712

Important !! J’ai aussi injecté les drivers Nvidia mais je ne sais pas pourquoi ça n’apparait pas ici.

Les paramètres de ma carte graphique (Nvidia GTX 970)

Une fois de plus, j’ai suivi à la lettre les instructions du tuto de tonymacx86 et cela a fonctionné pour moi. Je vous mets ici les liens pour trouver le tuto, et je tenais à préciser que j’ai aussi suivi la procédure de bricolage de la partition EFI, qui doit être la procédure la plus compliquée de tout ce tutoriel.

165111-98deb0ba78e1f9100549d298bd99b823

Et ensuite ?

Ensuite, ce n’est que du bonheur. Une seule précaution à prendre : ne jamais faire les mises à jour de MacOS directement. Il faudra toujours attendre quelques jours voir quelques semaines, avant d’appliquer une mise à jour système. Le risque c’est que la mise à jour casse le Hackintosh…

Personnellement, je fais régulièrement des images disques de mon Hackintosh, de façon à restaurer le tout au moindre problème.

dfghdh

Cet article Hackintosh sous macOS Sierra : tutoriel ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
http://www.blablahightech.fr/2016/11/hackintosh-sous-macos-sierra-tutoriel/feed/ 1 13467
Kadi Port : hub USB-C pour MacBook ultime ! http://www.blablahightech.fr/2016/10/kadi-port-hub-usb-c-pour-macbook/ http://www.blablahightech.fr/2016/10/kadi-port-hub-usb-c-pour-macbook/#respond Wed, 26 Oct 2016 11:25:00 +0000 http://www.blablahightech.fr/?p=13361 Je viens de découvrir le gadget ultime pour MacBook : il s’agit du Kadi Port, un hub USB-C pour MacBook (et seulement MacBook), qui comporte port de charge USB-C , un...

Cet article Kadi Port : hub USB-C pour MacBook ultime ! est apparu en premier sur BLABLA HIGH-TECH... Evidemment !

]]>
Je viens de découvrir le gadget ultime pour MacBook : il s’agit du Kadi Port, un hub USB-C pour MacBook (et seulement MacBook), qui comporte port de charge USB-C , un port USB, un port USB-C et un port HDMI !

Une fois de plus, je l’ai trouvé en lisant b0b.fr, qui est toujours très au courant des accessoires indispensables pour vos produits Apple. Il s’agit d’un produit issu d’une campagne Kickstarter qui vise à combler le plus gros défaut de nos MacBook retina (2015 et 2016) : le faible nombre de ports USB. En effet sur le MacBook un seul et unique port est disponible (ça me rappelle quelque chose) pour charger & brancher vos périphériques. Kadi Creative a trouvé la recette miracle avec ce port, vendu un peu plus de 40€. Découvrons le ensemble.

Le Kadi Port est un petit boitier en plastique noir, mat, et très léger. il comporte une prise USB-C mâle qui viendra se brancher directement dans le port du MacBook. Il épouse d’ailleurs parfaitement la forme de celui ci, grâce à sa forme arrondie qui tombe pile au bon endroit sur le MacBook.

Au niveau des ports disponibles, nous avons donc un port de charge USB-C (le port tout seul, avec un petit éclair dessiné juste à coté), un autre port USB-C au format USB3, un autre port USB au format classique lui aussi USB3 et pour finir un port HDMI capable de gérer une résolution 4K sans aucune difficulté.

Lorsque le MacBook est posé sur une table, le Kadi Port est parfaitement aligné et ne posera aucun souci. Attention cependant, il est tellement petit qu’on aura peut être tendance à l’oublier et il faudra faire attention à ne pas l’accrocher et torde le port USB-C.

Au niveau des branchements, rien à dire, les ports sont parfaitement positionnés. Le port de charge sur le dessus et les ports utiles sur les côté. C’est vraiment intéressant d’avoir ce port de charge USB-C de façon à pouvoir utiliser le chargeur Apple fourni avec le MacBook et utiliser des périphérique (ou un écran externe) en même temps.

Au niveau de la taille ce Kadi Port est le plus petit que j’ai pu voir. Regardez le un peu face aux hub USB-C Aukey : il est plus fin, petit petit & il est le seul à proposer de l’USB-C à utiliser en tant que périphérique.

Le packaging n’a rien d’exceptionnel, il expose bien ce qu’on peut attendre de ce petit hub.

Bref, le Kadi Port est le meilleur hub USB-C pour MacBook actuellement. Si vous souhaitez brancher un écran externe sur votre MacBook, il sera indispensable. Par contre, sa forme arrondie fait qu’il est à réserver aux MacBook 2015 et 2016, et uniquement ceux la… Pour un peu plus de 40€ ($60 australiens) cela est largement raisonnable !

 

Kadi Tile

Kadi n’a pas que le « Port » à son catalogue. Ils m’ont aussi envoyé le Tile, un petit accessoires pour gérer vos câbles sur le bureau. Il s’agit d’un petit pavé de métal, usiné et lourd : son but sera de tenir fortement vos câbles (en les laisser coulisser) sur votre bureau et disponible en 2 couleurs , pour moins de 30€.

Très malin, et extrêmement bien fini, il est composé de 2 parties. Elles sont fortement maintenues en place avec 4 aimants (qui sont tellement forts que j’ai quelques difficultés parfois à l’ouvrir) et un peti